Le gouvernement lance Perte VEC II : la fenêtre des piles sera ouverte à partir du 17 juillet

L’arrêté des bases de la chaîne de valeur du véhicule électrique et connecté et l’appel à batteries sont publiés au BOE.

MADRID, 7 juil. (CALPA PARIS) –

Le gouvernement a publié le deuxième appel du Projet stratégique pour la relance et la transformation économique du véhicule électrique et connecté (Perte VEC) pour la première ligne, dotée de 850 millions d’euros et destinée à soutenir des projets de production de batteries. La fenêtre pour cette ligne sera ouverte du 17 juillet au 15 septembre.

Ceci a été publié par l’exécutif vendredi au Journal officiel de l’État (BOE), qui comprend également l’ordre des bases réglementaires pour la deuxième ligne, destinée à la chaîne de valeur du véhicule électrique et connecté, et dont l’appel sera publié « dans les prochains jours », après que l’Union européenne a publié le règlement d’exemption par catégorie.

Dans la première ligne, celle publiée ce vendredi concernant les batteries, les fonds alloués seront de 850 millions d’euros, dont 550 millions de subventions et les 287 millions restants seront accordés sous forme de prêts. Le montant maximal de l’aide à laquelle une entreprise produisant des batteries, leurs composants et les matières premières connexes pourra prétendre est de 300 millions d’euros.

À cet égard, l’aide se situera entre 150 et 300 millions d’euros pour les investissements dans le secteur des batteries, selon qu’ils sont réalisés dans une région assistée, tandis que pour les investissements dans les composants essentiels, l’aide ne dépassera pas 100 millions d’euros et, dans le cas des investissements dans les matières premières, le montant n’excédera pas 25 millions d’euros. En outre, cet appel sera accordé aux bénéficiaires au plus tard le 31 décembre 2025.

A lire aussi  La Junte défend le secteur des fraises contre le rapport du Conseil de l'Europe et critique "les politiciens pour avoir créé le terreau".

Parmi les principales nouveautés du Perte VEC II, on trouve la résolution des projets par un simple système de compétition, c’est-à-dire sur la base du premier arrivé, premier servi, ainsi que la possibilité de soumettre des projets individuels au lieu d’un projet de tracteur.

Dans une déclaration, le ministre de l’Industrie, du Commerce et du Tourisme, Héctor Gómez, s’est dit convaincu que ces fonds « seront épuisés », tout en soulignant que l’Espagne « relèvera le défi industriel » et qu’elle « sera à la tête de la mobilité durable en Europe ».

Auteur/autrice