Le PP accuse M. Sánchez de partir en vacances alors que l’économie « va comme une moto, mais vers la falaise ».

MADRID, 2 août (CALPA PARIS) –

Le Parti Populaire a mis en garde contre les données du chômage et de l’affiliation à la Sécurité Sociale connues mercredi et a accusé le Premier Ministre par intérim, Pedro Sánchez, de partir en vacances « tranquillement » alors que l’économie « va comme une moto, mais vers la falaise ».

« Seul Pedro Sánchez part en vacances tranquillement : Troisième pire chiffre du chômage en juillet depuis 2008, troisième pire chiffre d’affiliation depuis 2012, une baisse de 6 819 travailleurs indépendants et une réduction de 2 281 entreprises « , a dénoncé la secrétaire générale du PP, Cuca Gamarra, dans un message publié sur son compte Twitter.

Selon les données publiées, le nombre de chômeurs inscrits dans les bureaux des services publics de l’emploi a diminué de 10 968 personnes en juillet par rapport au mois précédent (-0,41%), enchaînant cinq mois de baisses consécutives, pour s’établir à 2,67 millions – le niveau le plus bas depuis 2008.

Pour sa part, la Sécurité sociale a gagné en moyenne 21 945 cotisants en juillet par rapport au mois précédent (+0,11 %), ce qui a porté le système à un nouveau record historique de 20 891 885 employés.

De l’avis du secrétaire adjoint à l’économie du Partido Popular, Juan Bravo, « cette moto de l’emploi ne semble pas fonctionner », mettant également en garde contre la situation des travailleurs indépendants, des entreprises et l’évolution de l’embauche.

En outre, M. Bravo a souligné que, selon le concept de « plein emploi » de M. Sánchez, avec un taux de chômage de 8 %, toute l’Europe est en situation de plein emploi, à l’exception de la Grèce et de l’Espagne. « Ses moqueries à l’égard de l’Espagne sont humiliantes », s’est-il plaint.

A lire aussi  Élite Taxi dépose un recours devant le TSJC contre la sanction imposée par l'ACCO.

Selon les données d’Eurostat publiées cette semaine, l’Espagne a le taux de chômage le plus élevé de l’UE-27 (11,7 %) et le taux de chômage des jeunes le plus élevé (27,4 %).

Auteur/autrice