Le prix de l’électricité baisse de 16% ce vendredi à 111,69 euros/MWh

MADRID, 24 août (CALPA PARIS) –

Le prix moyen de l’électricité pour les clients au tarif réglementé liés au marché de gros baissera vendredi 25 août de 15,96% par rapport à jeudi, pour atteindre 111,69 euros par mégawattheure (MWh).

Par tranches horaires, le prix maximum, 140,61 euros/MWh, sera enregistré entre 21h00 et 22h00, tandis que le prix minimum se situera entre 16h00 et 18h00, avec 91,33 euros/MWh, selon les données provisoires de l’Opérateur du marché ibérique de l’énergie (OMIE) recueillies par Europa Press.

Ainsi, le prix de l’électricité continuera à baisser pour la deuxième journée consécutive, après avoir atteint son niveau le plus élevé de l’été pendant une journée mercredi dernier et le maximum depuis le début du mois de mars, avec 134,94 euros/MWh.

Malgré ces baisses ces deux derniers jours, les prix de l’électricité restent à des niveaux élevés par rapport aux derniers mois en raison de la hausse des prix du gaz naturel en août et de la demande, au milieu d’une vague de chaleur, la quatrième depuis le début de l’été.

LES PRIX DU GAZ ONT AUGMENTÉ DE PLUS DE 40 % EN AOÛT.

Dans ce sens, des sources de l’association patronale Aelec – composée des compagnies d’électricité Iberdrola, Endesa et EDP España – ont souligné que cette augmentation du prix de l’électricité sur le marché de gros est fondamentalement une conséquence directe de la hausse de plus de 40 % des prix du gaz au mois d’août.

A lire aussi  Telefónica, reconnue par "GlobalCapital" pour sa "gestion exceptionnelle" du capital hybride

Cependant, suite à l’évolution du marché de détail en 2022, ils ont souligné qu' »une grande majorité de clients sont couverts par des tarifs à prix fixe ou des tarifs forfaitaires ». Plus précisément, 70 % des clients ont des contrats sur le marché libre.

Ainsi, ils ajoutent que la volatilité des prix de l’électricité due à la hausse du gaz et, dans une moindre mesure, du CO2, ainsi que les aspects conjoncturels tels que la hausse des températures moyennes, « n’affectent pas cette majorité de clients couverts par des tarifs à prix fixes ou des tarifs forfaitaires », et soulignent que, malgré cette hausse, les prix « restent loin de ceux atteints l’été dernier lorsque l’invasion russe de l’Ukraine a fait atteindre aux prix un niveau record ».

Au cours de ces 24 premiers jours du mois, la moyenne du marché de l’électricité est supérieure à 96,4 euros/MWh, contre 154,89 euros/MWh en août 2022.

A ce prix moyen du pool s’ajouterait la compensation aux entreprises gazières, qui doit être payée par les consommateurs qui bénéficient de la mesure, les consommateurs au tarif réglementé (PVPC) ou ceux qui, bien qu’étant sur le marché libre, ont un tarif indexé, mais qui s’élève à nouveau à 0 euros/MWh, une situation qui se répète depuis le 27 février.

La « dérogation ibérique » a été prolongée jusqu’au 31 décembre, suite à l’accord conclu par l’Espagne et le Portugal avec la Commission européenne.

Elle a donc été prolongée de sept mois, jusqu’à la fin de cette année, et il n’est pas exclu qu’elle puisse être prolongée plus longtemps si ce cadre est également étendu.

A lire aussi  Perte gérée par l'industrie reçoit plus de 5 milliards dans l'addendum approuvé par la CE

Concrètement, l’accord représentait non seulement une extension de la dérogation ibérique déjà appliquée, mais comportait également quelques ajustements pour l’adapter, comme la référence de prix, qui était jusqu’alors augmentée de cinq euros par mois, et qui est devenue plus souple.

Dans l’accord initial, le prix de référence du gaz susmentionné avait une valeur moyenne de 48,8 euros/MWh : il était de 40 euros/MWh pendant six mois, augmentant ensuite de 5 euros/MWh chaque mois. Il a augmenté de 1,1 euro/MWh depuis avril dernier, pour s’établir à 65 euros/MWh.

Actuellement, le mécanisme n’a pas eu d’effet sur les processus d’appariement marginal sur les marchés de gros depuis la fin du mois de février en raison de la chute du prix du gaz naturel en dessous des seuils fixés pour son application, mais, si nécessaire, la prolongation permettra de maintenir un prix raisonnable, moins dépendant de l’évolution du gaz naturel.

Auteur/autrice