Le secteur des services espagnol ralentit son expansion sur fond d’incertitude électorale, selon l’indice PMI

MADRID, 5 juil. (CALPA PARIS) –

La croissance de l’activité dans le secteur des services en Espagne s’est maintenue à un rythme soutenu en juin, bien que nettement inférieur à celui des mois précédents, selon l’indice PMI, qui est tombé à 53,4 points contre 56,7 en mai, ce qui représente la plus mauvaise lecture du chiffre depuis janvier, compte tenu de l’incertitude des élections du 23 juillet et des pressions sur les salaires.

« Le secteur espagnol des services, qui a montré un rythme d’expansion très robuste ces derniers mois, perd progressivement son élan », a déclaré Cyrus de la Rubia, économiste en chef à la Hamburg Commercial Bank, notant que certaines entreprises interrogées ont cité les récentes élections régionales, ainsi que les élections générales qui se tiendront à la fin du mois de juillet « comme l’une des raisons pour lesquelles le rythme d’expansion s’est ralenti ».

En termes d’évolution des prix, l’enquête indique que les taux d’inflation des prix d’achat et de vente sont restés historiquement élevés, bien qu’ils aient continué à diminuer, soulignant que les fortes pressions salariales sont restées le principal moteur de la dernière vague d’inflation.

De son côté, la résistance continue de la demande a favorisé une nouvelle augmentation des nouvelles commandes, qui ont progressé pour le huitième mois consécutif, bien que le rythme d’expansion ait été le moins prononcé en cinq mois. Cette nouvelle augmentation de la demande a encouragé les entreprises dans leurs efforts d’embauche à la fin du deuxième trimestre de l’année.

En revanche, l’indice PMI composite, qui prend en compte, outre le secteur des services, celui de l’industrie manufacturière, qui s’est dégradé en juin à 48 points contre 48,4 en mai, s’est établi à 52,6 contre 55,2 le mois précédent, soit le rythme d’expansion le plus faible depuis janvier dernier.

A lire aussi  La dépense moyenne par ménage atteindra 31 568 euros en 2022, soit 7,9 % de plus, et dépassera les niveaux d'avant la pandémie.

Auteur/autrice