L’énergie éolienne met en garde contre le fait que l’électrification de l’économie ne suit pas le rythme des objectifs en matière d’énergies renouvelables.

MADRID, 29 juin (CALPA PARIS) –

Le secteur de l’énergie éolienne a averti que l’électrification de l’économie « n’avance pas au rythme nécessaire » pour accompagner les objectifs renouvelables fixés par le nouveau Plan national intégré pour l’énergie et le climat (PNIEC) à l’horizon 2030.

Dans son discours d’ouverture du Congrès annuel de l’énergie éolienne, le président de l’Association espagnole de l’énergie éolienne, Juan Diego Díaz, a mis ce risque sur la table et a déclaré que le développement des énergies renouvelables doit « être nécessairement soutenu par une demande d’électricité correspondante, en termes de taille et de calendrier ».

Plus précisément, le projet de mise à jour du PNIEC du gouvernement vise 105 gigawatts (GW) de nouvelles énergies renouvelables au cours de la décennie. Ainsi, d’ici 2030, il est prévu d’atteindre 62 gigawatts (GW) d’énergie éolienne installée, dont 3 GW correspondant à l' »offshore » – par rapport à 50 GW dans le PNIEC précédent – ainsi que 76 GW de photovoltaïque, dont 19 GW d’autoconsommation – par rapport à 39 GW dans la « feuille de route » de 2020.

Ainsi, il a souligné que la demande d’électricité s’est effondrée ces dernières années, atteignant des niveaux similaires à ceux de 2020, au plus fort de la pandémie, ou à ceux d’il y a deux décennies.

Dans ce sens, il a reconnu qu’il est vrai qu’il y a eu une amélioration de l’efficacité énergétique qui peut être transférée à cette baisse, mais il a lié cette baisse de la demande d’électricité à la baisse dans le domaine, principalement industriel, « en raison des prix élevés ».

Pour cette raison, il a averti que le taux de croissance de la demande d’électricité « ne donne pas de signaux suffisants » pour absorber tous les projets renouvelables qui devraient être développés, et il a donc estimé qu’en fin de compte « ils seront financés ou signifieront une perte de valeur des actifs existants ».

A lire aussi  Le tourisme, parmi les dix secteurs ayant le plus grand nombre de factures électroniques émises en 2022, 3,12% du total.

Cependant, M. Díaz a salué les objectifs « plus ambitieux » fixés dans le PNIEC actualisé, qui reflètent les demandes du secteur d’augmenter les objectifs, bien qu’il ait souligné la nécessité d' »accélérer » le traitement des projets.

À cet égard, il a déclaré que la prolongation de six mois accordée par le gouvernement pour obtenir l’autorisation de construction pour les projets renouvelables est « un soulagement ».

En tout état de cause, il a indiqué que le maintien de la date limite d’achèvement du projet avant de dépasser cinq ans à compter du début du processus « comprime » les délais et signifie « une plus grande tension » pour la chaîne d’approvisionnement, ce qui met également en péril le respect des objectifs et « ouvre la porte » à des constructeurs extra-européens.

C’est pourquoi il a souligné que l’industrie éolienne européenne, bien qu’elle vive des « moments compliqués » en raison de la hausse des matières premières et de l’inflation, doit continuer à « concevoir et fabriquer » les éoliennes et leurs composants en Europe, « avec des structures de coûts européennes, afin de rester à la tête de l’industrie éolienne mondiale ».

« OBJECTIF PAYS ».

Pour sa part, la troisième vice-présidente du gouvernement et ministre de la Transition écologique et du Défi démographique, Teresa Ribera, a souligné que le secteur éolien est appelé à jouer un rôle « très important » tant dans la transition énergétique que dans la réindustrialisation.

À cet égard, la ministre a assuré que l’Espagne n’aspire pas seulement à être un fournisseur d’énergie propre dans le contexte européen, mais qu’elle se trouve face à « une opportunité historique » de promouvoir la réindustrialisation dans de nombreux domaines. « Il s’agit d’un objectif national, nous devons nous y engager », a-t-elle ajouté.

A lire aussi  L'Ibex 35 se retourne et clôture avec une baisse de 0,26% après la publication des données de l'IPC américain.

Pour cette raison, il a déclaré que la mise à jour vers un PNIEC « plus ambitieux » est basée sur des objectifs « viables » qui sont « en ligne avec la réalité de 2023, congruents avec un pipeline et sachant que certains projets tomberont à l’eau et que de nouveaux apparaîtront ».

Il a également rappelé qu’un milliard supplémentaire sera mobilisé pour la chaîne de valeur associée à toutes les énergies renouvelables, qui sortira de l’addendum, et qu’il a déjà été demandé à Bruxelles de l’approuver en tant qu’aide d’État afin de procéder « le plus rapidement possible à sa distribution ».

Auteur/autrice