L’Enisa prévoit de commencer à certifier les startups ce mois-ci et n’a besoin que de l’approbation du Conseil d’État.

Le processus de délivrance de visas pour les « nomades numériques » a également commencé.

MADRID, 9 mai (CALPA PARIS) –

Le PDG de l’Enisa, José Bayón, s’attend à ce que le processus de certification des startups en Espagne commence ce mois-ci, car l’arrêté ministériel réglementant l’émission des « timbres de startup » a déjà reçu l’approbation de cinq portefeuilles et n’a plus qu’à recevoir le « feu vert » du Conseil d’État.

M. Bayón, qui a participé ce mardi à un événement organisé par Deloitte et consacré à la loi sur les startups, a indiqué que l’arrêté ministériel avait déjà reçu, en particulier, l’approbation du ministère de l’Économie, des Sciences, de la Justice, de la Politique territoriale et, lundi dernier, du Trésor.

En outre, il a précisé qu’une fois que l’arrêté ministériel aura reçu l’approbation du Conseil d’État, environ 10 000 start-ups pourraient être certifiées en Espagne. « Comme il s’agit d’une procédure d’urgence, nous espérons que ce mois-ci nous pourrons enfin (commencer à délivrer les certificats) », a déclaré le directeur de l’Enisa.

Dans ce contexte, il a expliqué que la certification d’une startup en Espagne sera basée sur 12 critères, dont la nécessité pour l’entreprise d’être « nouvellement créée », d’avoir moins de cinq ans (sept en fonction du secteur), que son chiffre d’affaires ne dépasse pas un certain montant et qu’elle compte 60 % d’employés sur le territoire national, parmi d’autres facteurs.

Ce sont ces certificats qui donneront accès aux déductions fiscales pour les « startups » prévues par la Loi pour la promotion de l’écosystème des entreprises émergentes, le nom officiel du texte réglementaire.

D’autre part, Bayón a indiqué que l’Enisa avait déjà commencé à délivrer les premiers visas pour les « nomades numériques » qui viennent travailler dans une startup nationale ainsi que pour les Espagnols qui veulent rentrer au pays.

A lire aussi  La rentabilité des logements s'établit à 7,1 % au deuxième trimestre, selon Idealista

« Les visas sont déjà délivrés, la semaine dernière j’ai signé les premiers rapports positifs et aussi quelques rapports négatifs. La plupart des citoyens sont originaires d’Europe de l’Est, malheureusement pour eux et heureusement pour nous, parce qu’il y a beaucoup de talents qui veulent venir. Nous avons actuellement 158 (demandes) en attente », a déclaré M. Bayón.

Les visas spécifiques pour ces profils bénéficieront également d’une fiscalité avantageuse grâce à un taux d’imposition plus faible.

Dans son discours, l’exécutif de l’Enisa a souligné que l’Espagne sera le seul pays de l’Union européenne (UE) à disposer d’un processus de certification sur ce qu’est réellement une « startup ».

L’événement organisé par Deloitte a également été suivi par la secrétaire d’État à la numérisation et à l’intelligence artificielle (IA), Carme Artigas, qui a souligné que la nouvelle loi sur les startups apportait une « certitude » à l’écosystème entrepreneurial.

Elle a également déclaré que le principal problème jusqu’à présent en Espagne était que les entreprises pouvaient démarrer, mais que lorsqu’elles avaient besoin de passer à l’échelle supérieure et d’obtenir un financement pour continuer à se développer, elles se rendaient dans d’autres pays, principalement aux États-Unis, « après avoir investi de l’argent public ».

M. Artigas pense donc qu’avec la nouvelle réglementation, l’Espagne sera considérée par les entrepreneurs et les investisseurs comme un bon endroit pour créer des start-ups et se développer.

« L’objectif est que l’Espagne soit une référence internationale (…) et que les gens n’aient pas à choisir entre bien vivre et mal travailler (…) La loi sur les start-ups change les règles du jeu », a-t-il déclaré, tout en reconnaissant qu’il y a encore « un long chemin à parcourir ».

A lire aussi  L'Espagne et la Belgique collaboreront sur les questions socioprofessionnelles dans le cadre de leurs présidences respectives du Conseil de l'UE

Auteur/autrice