Les ménages investissent plus de 11 milliards en bons du Trésor cette année et détiennent déjà plus de 10% du total.

Les demandes des particuliers via le site web du Trésor dépassent les 44 millions par jour

MADRID, 28 mai (CALPA PARIS) –

L’augmentation de la rémunération des bons du Trésor, due à la hausse des taux d’intérêt, a suscité l’intérêt croissant des familles pour l’investissement dans ce produit d’épargne. Au cours des deux premiers mois de l’année, elles ont déjà placé plus de 11 000 millions d’euros, avec lesquels elles détiennent 10,4 % du montant total des bons, selon les données du Trésor public recueillies par Europa Press.

Concrètement, au cours du seul mois de janvier, les ménages ont investi 3 695 millions d’euros en bons du Trésor, montant qui a doublé en février pour atteindre 7 613 millions d’euros, soit 10,4 % du total, de sorte qu’entre les deux mois, ils ont investi quelque 11 300 millions d’euros dans ce produit.

Ces chiffres contrastent avec le montant que les ménages espagnols ont investi dans les factures au début de l’année dernière, seulement 16 millions d’euros en janvier et février 2022, soit 0,02% du montant total investi dans les factures. À cette époque, le rendement des Letras avait un taux d’intérêt négatif de 0,5 %.

En revanche, l’année dernière, les intérêts offerts par les bons du Trésor aux épargnants n’ont pas cessé d’augmenter, suite aux derniers mouvements à la hausse des taux d’intérêt de la Banque centrale européenne (BCE), et lors de la dernière adjudication de bons détenus par l’organisme, le rendement marginal se situait entre 3,09 % pour la référence à trois mois et 3,222 % dans le cas du papier à neuf mois, dans les deux cas les montants les plus élevés depuis plus d’une décennie.

A lire aussi  Uatae souligne qu'au mois de mai, la croissance de l'emploi indépendant s'est consolidée, avec 9.500 travailleurs indépendants de plus

En fait, la « fièvre » des familles pour les bons du Trésor a obligé la Banque d’Espagne à mettre en place un système de rendez-vous préalable depuis le 7 février, après les longues files d’attente observées au début de l’année dans les bureaux de la Banque pour acheter des bons du gouvernement en raison de leurs rendements élevés.

44 MILLIONS DE DEMANDES PAR JOUR VIA LE WEB

La dette peut également être achetée sur le site web du Trésor sous l’option « service d’achat et de vente de titres », ainsi qu’auprès d’institutions financières (banques et caisses d’épargne) et de sociétés et agences de titres.

Pour les seuls mois de mars et d’avril, les demandes d’investissement en Letras via le site du Trésor ont atteint respectivement 1,521 milliard et 1,325 milliard, soit une moyenne journalière de 44,2 millions en avril, selon les données du Service d’achat et de vente de titres du Trésor auxquelles Europa Press a eu accès.

Ce « boom » des bons du Trésor, très attractifs pour les épargnants non professionnels comme les familles, étant donné qu’ils offrent un rendement élevé et totalement assuré (plus de 3% actuellement) et à très court terme (3, 6, 9 ou 12 mois), est également motivé par la lenteur et la faiblesse de la rémunération offerte par les principales banques pour les dépôts des particuliers.

FAIBLE RÉMUNÉRATION DES DÉPÔTS BANCAIRES

Concrètement, la rémunération offerte par les banques sur les nouveaux dépôts à terme des ménages espagnols a atteint 1,31% en mars. Il s’agit de la meilleure rémunération offerte aux épargnants par les institutions financières depuis le début de l’année 2014, selon les données de la Banque d’Espagne, mais encore loin du rendement de plus de 3 % sur les bons ou des 5,4 % offerts par les mêmes banques la dernière fois que les taux d’intérêt de la BCE s’élevaient au niveau actuel de 3,75 %, en 2008.

A lire aussi  Vodafone fusionne avec Three au Royaume-Uni et investit 13 milliards d'euros dans les réseaux 5G au cours de la prochaine décennie

Ainsi, en termes historiques, la rémunération de l’épargne reste faible. Au cours de l’année 2008, qui a coïncidé avec le début de la crise, les banques ont payé jusqu’à 5 % pour l’argent que leurs clients gardaient dans leurs bilans. Les années précédentes, depuis le début de la série historique en 2003, les intérêts offerts sur les passifs n’ont jamais été inférieurs à 1,8 %.

Auteur/autrice