L’Union Bancaire Privée gagne 115,1 millions d’euros au premier semestre, soit une baisse de 1,6 %.

MADRID, 21 juil. (CALPA PARIS) –

La banque privée et de gestion de patrimoine Union Bancaire Privée (UBP) a enregistré un bénéfice net de 110,8 millions de francs suisses (115,1 millions d’euros) pour le premier semestre 2023, en baisse de 1,6 % par rapport aux 112,6 millions de francs suisses (117 millions d’euros) de l’année précédente.

Les recettes se sont élevées à 616,4 millions de francs suisses (640,2 millions d’euros), soit une baisse de 0,7 % par rapport aux 620,9 millions de francs suisses (644,3 millions d’euros) enregistrés douze mois plus tôt.

L’UBP explique que la contraction de 12,5% des revenus de commissions, principalement due à une baisse de l’activité d’intermédiation, a été compensée par une forte augmentation des revenus d’intérêts. Les revenus d’intérêts ont été stimulés par la hausse des taux d’intérêt et ont rapporté à la banque 62,6 millions de francs suisses (65 millions d’euros), soit une hausse de 43,3 %.

Les charges d’exploitation s’élèvent à 414,8 millions de francs suisses (430,8 millions d’euros), soit une « légère augmentation » de 0,8%, que l’UBP attribue à une hausse des voyages d’affaires.

Par ailleurs, l’UBP a clôturé le 30 juin avec 140,6 milliards de francs suisses (146,03 milliards d’euros) d’actifs sous gestion, donc « pas de variations majeures ».

La banque explique que ces chiffres ont été atteints dans un environnement où la hausse des prix des actifs dans les principales devises (4,362 milliards d’euros) a été « largement » compensée par l’appréciation du franc suisse par rapport au dollar américain (3,635 milliards d’euros).

Par ailleurs, le ratio CET1, qui mesure les actifs de la plus haute qualité, s’élevait à 27,3 % et le ratio de liquidité à court terme à 262 %. L’agence de notation Moody’s évalue les dépôts à long terme de l’UBP à « Aa2 ».

A lire aussi  Le président élu du Paraguay nomme Mónica Recalde future ministre du travail et de l'emploi

« Le premier semestre de l’année a été marqué par un franc suisse fort, une inflation élevée et une hausse rapide des taux d’intérêt. Bien que les marchés mondiaux se soient redressés, les clients ont tendance à rester attentistes », a expliqué Guy de Piciotto, PDG de l’UBP.

Auteur/autrice