M. Sánchez se félicite que le nombre d’affiliés à la sécurité sociale en cinq mois soit presque égal à celui de 2022 et prépare d’autres mesures.

MADRID, 17 mai (CALPA PARIS) –

Le président du gouvernement, Pedro Sánchez, a affirmé lors de la séance de contrôle de ce mercredi que les dernières données avancées sur l’emploi et l’affiliation à la Sécurité sociale au cours de ces cinq premiers mois permettent d’égaler  » pratiquement  » les mêmes chiffres que ceux enregistrés pour l’ensemble de l’année 2022.

Lors de la séance de contrôle au Congrès, le porte-parole d’EH Bildu, Mertxe Aizpurúa, a posé une question au président sur le  » bouclier social  » déployé pendant la législature et a demandé si l’exécutif allait le maintenir. Celui-ci se base, selon le député indépendantiste, sur la récente loi sur le logement, les impôts extraordinaires sur les banques et les entreprises énergétiques, ainsi que sur le principe d’un accord pour mettre un terme à la délocalisation des entreprises.

Dans sa réponse, M. Sánchez a fait l’éloge des dernières données avancées sur l’emploi et l’affiliation fournies par le ministre de l’Inlcusion, José Luis Escrivá. Plus précisément, il a souligné que depuis le début de l’année, 420 000 travailleurs supplémentaires ont été enregistrés. Entre le 15 avril et le 15 mai, 117 000 nouveaux affiliés ont été enregistrés.

« Nous parlons de plus de 420 000 nouveaux affiliés depuis le début de l’année, c’est-à-dire pratiquement les mêmes chiffres que ceux de l’année dernière », a souligné M. Sánchez.

M. Sánchez a également souligné que l’économie espagnole connaît une croissance supérieure à la moyenne européenne et qu’elle est le pays qui « gère » le mieux les fonds européens. De plus, il a souligné les 45 000 millions d’euros déployés dans le cadre des différents décrets anti-crise  » pour protéger les travailleurs « .

À L’EXPIRATION DES DÉCRETS, D’AUTRES MESURES VERRONT LE JOUR

Il a également tenu à saluer le récent pacte conclu entre les syndicats et les employeurs pour réévaluer les salaires, tout en avançant de nouvelles mesures sociales à partir du mois de juin, lorsque plusieurs des mesures incluses dans le dernier décret anti-crise approuvé en décembre arriveront à expiration.

A lire aussi  L'USO appelle à un rassemblement au siège d'Iberia pour "aucune déclaration" sur son plan après l'appel d'offres de manutention.

Dans cette optique, il a souligné que l’accord salarial était « une très bonne nouvelle ». « D’une certaine manière, il répond à une demande des travailleurs pour une distribution beaucoup plus équilibrée », a ajouté le président, qui affirme que cette négociation a en quelque sorte imité l’accord conclu dans le cadre de la réforme du travail. M. Sánchez a profité de l’occasion pour rappeler à M. Bildu qu’il avait voté contre cette réforme.

À ce stade, M. Sánchez a signalé que le gouvernement approuvera de nouvelles mesures sociales en fonction de la  » situation économique « . « J’espère que nous pourrons alors compter sur le soutien de son groupe parlementaire et de l’ensemble de l’Assemblée « , a-t-il ajouté.

Auteur/autrice