Nouvelle baisse de l’activité industrielle dans la zone euro en septembre, soit quinze mois consécutifs de recul

MADRID, 2 oct. (CALPA PARIS) –

L’activité manufacturière dans la zone euro s’est à nouveau contractée en septembre pour le quinzième mois consécutif, l’indice PMI s’établissant à 43,4 points, accentuant son recul d’un dixième de point par rapport au mois d’août, selon l’enquête réalisée par S&P Global et Hamburg Commercial Bank.

L’indice a chuté sous le niveau neutre de 50 et à un rythme « abrupt » à la fin du troisième trimestre, indiquant « une faiblesse considérable dans le secteur ». Cependant, il représente un rebond par rapport au plus bas niveau de 38 mois enregistré en juillet.

Néanmoins, les nouvelles commandes ont continué à chuter à un rythme qui a « rarement » été dépassé depuis le début des relevés en 1997.

Les exportations ont également été très faibles et les commandes cumulées ont reculé au rythme le plus rapide depuis mai 2020. En conséquence, le document révèle que de nouvelles suppressions d’emplois ont eu lieu au rythme le plus rapide depuis près de trois ans.

En outre, alors que les coûts des intrants ont de nouveau baissé « fortement », les efforts des entreprises pour les réduire davantage ont été soulignés par des réductions « soutenues » de l’emploi, de l’activité d’achat et des stocks.

Dans le même temps, la confiance des entreprises s’est « considérablement » affaiblie et les prévisions de croissance sont tombées à leur niveau le plus bas depuis dix mois. Afin de renforcer la compétitivité et de stimuler la demande, les fabricants de la zone euro ont réduit leurs prix de vente pour le cinquième mois consécutif, à un rythme parmi les plus rapides depuis 2009.

A lire aussi  Agile Content prévoit de poursuivre ses activités en Europe afin de "continuer à gagner des parts de marché".

« Nous ne verrons probablement pas les choses s’améliorer avant l’arrivée de la nouvelle année, mais il y a des raisons de croire que le cycle de stockage a atteint son point le plus bas, ce qui est difficile à prévoir », a expliqué Cyrus de la Rubia, économiste en chef de la Hamburg Commercial Bank.

« À l’exception de la grande récession de 2008/2009, les prix de vente n’ont jamais baissé à un rythme plus rapide que la moyenne actuelle sur trois mois, et il en va de même pour les prix des intrants », a ajouté M. de la Rubia, qui a toutefois noté qu’un rebond était donc « probable ».

Parmi les grandes économies de la zone euro, l’Allemagne (39,6) est restée sous le seuil de neutralité, suivie par les Pays-Bas (43,6) et la France (44,4). Pour ces deux derniers pays, les contractions de septembre ont été les plus rapides depuis près de trois ans et demi.

De leur côté, l’Italie (46,8) et l’Espagne (47,7) ont également enregistré une détérioration de la santé industrielle, mais le rythme de cette détérioration s’est ralenti. Dans le cas de l’Espagne, l’activité manufacturière s’est détériorée en septembre pour le sixième mois consécutif, bien qu’elle se soit améliorée par rapport aux 46,5 du mois d’août.

Auteur/autrice