Oryzon perd 1,6 million d’euros jusqu’en septembre et réduit ses pertes d’une année sur l’autre

La société explique que les pertes sont conformes au modèle économique de la biotechnologie en phase de développement.

MADRID, 27 oct. (CALPA PARIS) –

Oryzon a annoncé une perte de 1,63 million d’euros pour les neuf premiers mois de 2023, soit une baisse de 15,6 % par rapport à la perte de 1,93 million d’euros enregistrée au cours de la même période l’année dernière.

La société explique que ces pertes s’inscrivent dans la spécificité du modèle économique des biotechnologies, dans la phase de développement  » pré-revenus  » dans laquelle se trouve la société, avec une période de maturation à long terme de ses produits, sans revenus récurrents jusqu’à la formalisation des contrats de licence.

Les résultats financiers de la société, qui développe des thérapies épigénétiques expérimentales innovantes, montrent une perte de 1,11 million d’euros, soit une augmentation de plus de quatre fois les 245 839 euros perdus par la société au cours de la même période l’année dernière.

D’autre part, son résultat d’exploitation a également été négatif, bien que moins que l’année précédente, clôturant le mois de septembre avec une perte de 3,25 millions d’euros contre 3,99 millions d’euros pour la même période de l’année dernière.

La société explique également que les investissements en R&D, qui s’élèvent à 11,5 millions d’euros, dont 11 millions d’euros correspondent aux activités de développement et 500 000 euros aux activités de recherche, ont diminué de 700 000 euros par rapport au troisième trimestre 2022, soit une baisse de 6 %.

Au 30 septembre 2023, Oryzon présente une situation financière avec des ressources disponibles de 8,3 millions d’euros. Le bilan fait apparaître des capitaux propres de 79,2 millions d’euros.

A lire aussi  Le secteur de la quincaillerie et du bricolage croît de 7,7 % au premier trimestre, selon l'Aecoc

Oryzon a également déclaré avoir continué à progresser au troisième trimestre dans le développement clinique de ses programmes de neurologie vafidemstat et d’oncologie iadademstat.

Auteur/autrice