Sanofi chute de 15 % à la Bourse de Paris après la publication de ses résultats et de ses prévisions

Le laboratoire français cherchera à réduire ses coûts de 2 milliards d’euros d’ici 2025 et se séparera de sa division de médicaments en vente libre.

MADRID, 27 (CALPA PARIS)

Le laboratoire pharmaceutique français Sanofi a obtenu un bénéfice net part du groupe de 5,955 milliards d’euros sur les neuf premiers mois de l’année, soit une amélioration de 13,2% par rapport au résultat affiché à la même période de 2022 par le laboratoire, qui a revu sa stratégie pour rechercher des économies de coûts d’environ 2 milliards d’ici 2025 et la séparation de son activité de médicaments sans ordonnance (Consumer Healthcare) en vue d’une éventuelle introduction en Bourse.

L’action de la société française a clôturé en baisse de 18,93% à la Bourse de Paris, ce qui s’est traduit par un creusement des pertes de 14% après la « cloche ». Ces mouvements ont commencé après la présentation des comptes de Sanofi et de ses prévisions pour la fin de l’année et les deux prochains exercices.

La multinationale a indiqué qu’elle étudiait « des scénarios possibles de séparation » pour sa division Santé Grand Public, bien qu’elle considère que la formule la plus probable serait une transaction sur les marchés de capitaux, à travers la création d’une « entité cotée en bourse basée en France ».

À cet égard, il a souligné que le calendrier de la transaction est motivé par la volonté de maximiser la création de valeur et de récompenser les actionnaires de Sanofi, ajoutant qu’en fonction des conditions de marché, il s’attend à ce que la séparation soit exécutée  » au plus tôt au quatrième trimestre 2024 « , après consultation des partenaires sociaux.

A lire aussi  M. Calviño fait confiance à l'unanimité des Vingt-Sept pour soutenir l'Ukraine à hauteur de 50 milliards d'euros

La scission de l’activité OTC permettra à la direction de se concentrer davantage et d’allouer les ressources aux besoins de l’activité biopharmaceutique, où des opportunités de création de valeur et des leviers opérationnels à plus long terme ont été identifiés pour soutenir l’accélération des investissements en R&D, a justifié l’entreprise.

La séparation prévue visera donc à créer deux entités mieux équipées pour poursuivre leur propre stratégie commerciale, allocation de ressources et de capital et permettre à chacune de se concentrer sur la croissance à long terme sur leurs marchés respectifs.

En outre, le laboratoire a annoncé de nouvelles mesures visant à poursuivre ses efforts d’amélioration de sa structure de coûts, en lançant des initiatives d’efficacité dans l’ensemble de l’activité biopharmaceutique qui libéreront des ressources opérationnelles pour soutenir les investissements en R&D et débloquer des opportunités de création de valeur.

Il s’agira notamment de prioriser ses investissements en R&D et de moderniser son approche commerciale. Ce faisant, Sanofi vise à économiser jusqu’à 2 milliards d’euros entre 2024 et fin 2025, dont la majeure partie sera réaffectée au financement de l’innovation et des moteurs de croissance.

 » Dans ce nouveau chapitre de notre stratégie, nous approfondissons nos investissements en R&D, prenons des mesures pour devenir une société exclusivement biopharmaceutique et continuons à optimiser notre structure de coûts « , a déclaré Paul Hudson, directeur général de Sanofi, pour qui ces actions permettront d’accélérer l’innovation et de renforcer les moteurs de croissance, garantissant ainsi la rentabilité à long terme et l’amélioration de la valeur actionnariale.

RÉSULTATS

L’entreprise française a également fait état d’un bénéfice net attribuable de 5 955 millions d’euros au cours des neuf premiers mois de 2023, en hausse de 13,2 % par rapport à la même période de 2022, avec notamment une augmentation de 21,6 % des bénéfices au troisième trimestre, à 2 525 millions d’euros.

A lire aussi  Cesica se mobilise ce vendredi devant le siège d'Unicaja Banco : "Le personnel n'en peut plus".

Les ventes nettes du fabricant de médicaments ont totalisé 32,151 milliards au cours de l’exercice clos en septembre, en baisse de 0,4% par rapport à l’année précédente, après que les revenus ont chuté de 4,1% entre juillet et septembre, à 11,964 milliards.

Plus précisément, au cours des neuf premiers mois de 2023, l’activité biopharmaceutique a reculé de 0,5 % par rapport à l’année précédente, à 28,186 milliards, tandis que le secteur des médicaments en vente libre a vu ses ventes augmenter de 0,6 %, à 3,965 milliards.

En prévision de la fin de l’année, elle a indiqué qu’elle s’attend à ce que son bénéfice par action de l’entreprise en 2023 progresse à un niveau moyen à un chiffre à taux de change constants, sauf événements négatifs importants imprévus, ajoutant qu’en appliquant les taux de change moyens d’octobre 2023, l’impact de la monnaie sur le BPA de l’entreprise est estimé entre six et sept points de pourcentage.

Séparément, dans une présentation, Sanofi a prévu d’augmenter ses dépenses de R&D d’ici 2024, avec un taux d’imposition de 21 %, contre 19 % aujourd’hui, avec une baisse à un chiffre du bénéfice par action, qui resterait stable à un taux d’imposition comparable.

En outre, d’ici 2025, la multinationale prévoit de réaliser pleinement les avantages des initiatives d’efficacité planifiées, avec des dépenses de R&D et un taux d’imposition relativement stables, ainsi qu’une forte reprise de l’activité et une croissance du bénéfice par action.

Auteur/autrice