Sordo (CCOO) : « Il serait bon pour ce pays de parler d’autres choses que de l’amnistie oui ou de l’amnistie non ».

801133.1.260.149.20230921104431


Archive – Le secrétaire général de CCOO, Unai Sordo – H.BILBAO-CALPA PARIS – Archive

MADRID, 21 sept. (CALPA PARIS) –

Le secrétaire général de CCOO, Unai Sordo, a déclaré jeudi qu' » il serait bon  » en Espagne  » de parler d’autres choses que de l’amnistie oui ou de l’amnistie non  » et a averti que l’approche de l’investiture qui, le cas échéant, peut permettre à Pedro Sánchez d’obtenir un soutien,  » ne peut pas s’épuiser  » dans  » deux ou trois mesures  » qui lui permettront d’être à nouveau président du gouvernement, mais  » devra faire l’objet d’une approche de la législature « .

Lors d’une conférence de presse visant à présenter les priorités de CCOO pour la nouvelle année politique, M. Sordo estime qu’il est « prévisible » que l’actuel candidat et dirigeant du PP, Alberto Núñez Feijóo, ne soit pas investi président la semaine prochaine et que le secrétaire général du PSOE et actuel président en exercice du gouvernement, Pedro Sánchez, participe alors à l’investiture.

« Et lors de cette investiture, il devra certainement parler avec tous les groupes et l’amnistie sera certainement concrétisée ou prendra la forme d’une proposition spécifique et je pense que ce sera le moment d’analyser exactement ce dont nous parlons », a déclaré M. Sordo.

Le dirigeant de CCOO a déclaré que les problèmes sociopolitiques de la Catalogne ont été interprétés dans certains secteurs politiques, économiques et médiatiques comme « devant être abordés d’un point de vue strictement punitif et strictement pénaliste, ce qui aurait aggravé le conflit ».

A lire aussi  CCOO appelle à trois jours de grève supplémentaires chez H&M après un suivi "massif" au début des soldes

Selon lui, « des évaluations très hâtives sont faites » de l’amnistie en affirmant qu’elle rendrait inefficaces les conséquences pénales d’une série d’infractions pénales commises antérieurement.

« Cela revient à dire que ces infractions pénales n’ont pas existé et je ne sais pas pourquoi on le dit, je ne l’ai vu dans aucun journal. Il faudra voir de quoi on parle exactement dans un pays où de nombreuses amnisties ont été accordées, y compris des amnisties fiscales. Et les amnisties fiscales n’impliquent pas de supposer qu’un délit fiscal n’a pas été commis, mais plutôt que, pour que les revenus apparaissent, les affaires pénales de certains délits fiscaux ont été abandonnées », a-t-il souligné.

Pour le dirigeant des CCOO, il existe une « spéculation » sur la possible amnistie des personnes condamnées pour les procés alors qu’il n’y a toujours pas de précisions à ce sujet. « Je pense que les gens donnent leur opinion à grands traits », a déclaré M. Sordo, interrogé sur les déclarations des anciens présidents socialistes Felipe González et Alfonso Guerra.

En tout état de cause, il a prévenu qu’il « ne s’agit pas de prendre deux ou trois mesures pour faciliter une investiture et c’est tout ». « Je crois qu’il s’agit de prendre des mesures pour rétablir la normalité sociopolitique et la normalité de la coexistence en Catalogne et dans l’ensemble du pays. Et dans ce domaine, l’Union donnera logiquement son avis lorsque les choses seront plus claires », a-t-il déclaré.

M. Sordo a affirmé que cette question « ne peut être résolue uniquement dans le domaine punitif ou pénal, mais doit également et fondamentalement être résolue dans le domaine politique ».

A lire aussi  Les offres d'emploi de vendeurs sur InfoJobs dépassent les 12 200 postes en mai au début de la période des soldes

« Le prochain gouvernement, quel qu’il soit, devra accepter cette réalité. De plus, si le futur gouvernement était d’une autre couleur, même si des choses dures sont dites aujourd’hui, il devra certainement aussi accepter cette réalité tôt ou tard », a-t-il assuré.

Interrogé sur les déclarations de la deuxième vice-présidente et dirigeante de Sumar, Yolanda Díaz, selon lesquelles les agents sociaux devraient conclure un accord politique et social sur l’amnistie, M. Sordo a déclaré qu’il n’avait pas connaissance d’un tel scénario et qu’il n’en avait pas parlé à Mme Díaz.

« Une table de dialogue social pour aborder la question de l’amnistie est un scénario qui n’existe pas et qui n’est pas attendu, bien que je ne pense pas que cela ait été dit non plus », a-t-il conclu.

Auteur/autrice