Dans les coulisses de la Cop28, avec un négociateur dont la survie de la nation est en jeu.

Il est 6h45 et les premiers rayons filtrent à travers le smog matinal, signe d’une nouvelle journée brûlante à Dubaï.

Tina Stege, représentante des Îles Marshall pour les questions climatiques, est dans le métro en direction du sommet sur le climat de la Cop28 et a désespérément besoin d’une tasse de thé. Hier soir, elle a quitté Expo City, où se déroule cet événement de deux semaines, après 21 heures.

« C’est beaucoup de nuits tardives et de petits matins », a-t-elle déclaré à l’AFP. The Independent.

Tina Stege en discussion avec des membres de l’équipe des Îles Marshall, dont le ministre John M Silk, chef de la délégation.

(Louise Boyle/The Independent)

M. Stege fait partie des milliers de représentants et de négociateurs de 196 pays qui défendent leurs intérêts nationaux lors de la conférence annuelle, avec un objectif global : limiter la température mondiale à 1,5 degré Celsius, soit « bien en deçà » de 2 °C, température au-delà de laquelle les scientifiques affirment que la Terre est confrontée à des points de basculement irréversibles.

Mme Stege a grandi à Majuro, la capitale des Îles Marshall, et a fréquenté l’université de Princeton où elle a étudié l’héritage de la guerre froide. des essais nucléaires effectués par les États-Unis sur son pays d’origine. Après avoir travaillé au ministère des affaires étrangères des Îles Marshall et dans une série d’ONG, elle a été nommée envoyée pour le climat en 2018, représentant les intérêts du pays depuis New York.

Maintenant à la Cop28, son premier engagement à 8h est une coordination à huis clos avec l’Alliance des petits États insulaires, et elle se dirige à l’intérieur avec un thé, enfin, à la main.

L’AOSIS (Ay-Oh-Sis, selon l’un des très nombreux acronymes du monde climatique) est un groupe de pays des Caraïbes, du Pacifique et de la mer de Chine méridionale qui négocient ensemble pour avoir plus de poids car, comme l’explique leur site web, ils sont « petits, éloignés et vulnérables ».

Si aucune nation n’est à l’abri de l’aggravation de la crise climatique, les Îles Marshall sont confrontées à des menaces urgentes et existentielles.

À mi-chemin entre Hawaï et l’Australie dans le Pacifique, cette nation d’atolls coralliens n’est qu’à 2 mètres au-dessus du niveau de la mer à son point le plus élevé. Environ 60 000 Marshallais vivent dans une zone dont la taille équivaut à celle de Washington DC, entourée de 77 000 miles carrés de territoire océanique.

L’élévation d’un mètre du niveau de la mer prévue pour les décennies à venir inonderait en permanence 40 % des bâtiments de Majuro et verrait certaines îles disparaître sous les eaux, selon un rapport de la Commission européenne. 2021 de la Banque mondiale.

Inondations à marée haute et débris recouvrant la route menant à l’aéroport de Majuro, la capitale des Îles Marshall, en décembre 2021.

(Photo par CHEWY LIN/AFP via Getty Images)

Une élévation encore plus importante du niveau de la mer – qui n’est pas exclue si les gouvernements ne parviennent pas à freiner le réchauffement de la planète – menace la survie même du pays.

Les Îles Marshall n’ont pas fait grand-chose pour provoquer ces effets, car elles ne sont responsables que d’une infime partie des émissions totales de carbone dans le monde.

A lire aussi  Un groupe d'enfants californiens poursuit l'EPA pour ne pas avoir lutté contre le changement climatique

L’injustice de cette situation a conduit le pays à créer l’Association européenne pour la protection de l’environnement (APEA). « High Ambition Coalition » (HAC) avant les négociations de 2015 à Paris, et est l’une des voix les plus fortes à réclamer un objectif plus bas – souvent scandé comme « 1,5 pour rester en vie ».

Stege et le reste de la délégation des Marshallais, forte de 40 personnes, se battent à la Cop28 pour que les pays développés et riches travaillent plus dur et plus vite pour réduire leur dépendance aux combustibles fossiles, qui leur cause tant de tort.

« Un réchauffement inférieur à 2°C n’est pas suffisant », a déclaré M. Stege à l’occasion de la Cop28. The Independent (en anglais). « Ceux qui sont en première ligne ne pourront pas s’adapter.

Tout ce que notre avenir nous réserve, ce sont des pertes et des dommages, au-delà de 1,5 °C. C’est pourquoi nous continuons à nous battre et à ne jamais abandonner », a-t-elle déclaré. C’est pourquoi nous continuons à nous battre et n’abandonnons jamais », a-t-elle déclaré.

Lors du sommet de Dubaï, la demande des Îles Marshall d’éliminer progressivement les combustibles fossiles s’est accélérée, plus de 100 pays s’étant joints à l’appel en ce sens.

Bien que les négociations soient difficiles et que l’accord final soit loin de faire l’objet d’un consensus, il y a eu pour la première fois une réelle possibilité que le monde mette un terme à l’ère des combustibles fossiles. Pour Mme Stege, la responsabilité qu’elle ressent lors de ces réunions est profondément personnelle.

Une grande partie de sa famille est restée aux Îles Marshall. « Ma mère, mon père, mon frère et ses enfants », explique-t-elle entre deux réunions. « Nous avons grandi au sein d’une famille élargie et de nombreux cousins, qui sont comme des frères et sœurs, sont toujours là. Mais d’autres membres de la famille ont déménagé aux États-Unis. (Un pacte gouvernemental autorise les Marshallais à émigrer sans restriction en échange de l’utilisation des îles par l’Amérique comme base militaire dans le Pacifique).

On estime qu’un tiers des Marshallais ont quitté les États-Unis. pour chercher du travail et échapper aux effets du climat, non seulement à l’élévation du niveau de la mer, mais aussi à l’augmentation des sécheresses, des vagues de chaleur et des intrusions d’eau salée au cours des cinq dernières années,selon la recherche.

L’envoyée pour le climat des Îles Marshall, Tina Stege, s’entretient avec l’envoyé spécial des États-Unis pour le climat, John Kerry, lors de la Cop26 à Glasgow en 2021.

(AFP via Getty Images)

Lorsque Mme Stege retourne aux îles Marshall avec ses enfants, elle remarque que les plages où elle jouait dans son enfance ont disparu. Les puits d’eau, utilisés pour cuisiner et se laver, sont désormais saumâtres. « Mon frère vit sur une terre très basse et lorsque les marées sont très hautes, l’eau remonte directement », dit-elle.

Après une heure de réunion de l’AOSIS, les portes s’ouvrent et les délégués partent dans différentes directions. Mme Stege se dirige vers un coin tranquille. Elle n’a cessé d’envoyer des SMS aux délégations d’autres pays afin de renforcer le soutien à la demande d’élimination progressive des combustibles fossiles.

Entre deux événements officiels, elle a saisi l’occasion d’un « bi-lat » avec les Pays-Bas – en langage de négociateur, une réunion entre les représentants de deux pays. (Les Pays-Bas sont membres de la HAC).

A lire aussi  Un épais smog engloutit Sydney alors que les pompiers s'efforcent de lutter contre un gigantesque feu de brousse depuis les airs.

« Je l’ai toujours appelé Jaime », a déclaré M. Stege. « Pendant longtemps, je n’ai pas su qu’il était une Altesse Royale.

Quelques minutes plus tard, le discret prince Jaime de Bourbon de Parme, envoyé des Pays-Bas pour le climat, accueille chaleureusement Mme Stege. Pendant les 20 minutes qui suivent, elle lui explique leurs principaux dossiers, puis il l’informe de la stratégie néerlandaise de lutte contre les subventions aux combustibles fossiles (projets potentiellement menacés après la récente victoire électorale du populiste de droite Geert Wilders).

La prochaine réunion de M. Stege se déroule de l’autre côté de la grande salle et nécessite une marche rapide sous un soleil de plomb. Bien qu’elle avoue avoir un mauvais sens de l’orientation, elle parvient à rejoindre le pavillon français sans trop se tromper.

Tina Stege et une collègue se frayent un chemin à travers le vaste site de la Cop28.

(The Independent/Louise Boyle)

L’Alliance « Au-delà du pétrole et du gaz » (Beyond Oil and Gas Alliance, BOGA) est un groupe de deux douzaines de pays et d’États qui se sont engagés à mettre fin à leur production nationale de pétrole et de gaz et qui comptent parmi les plus ardents défenseurs de l’abandon progressif des combustibles fossiles.

La discussion porte sur les nouveaux membres – l’Espagne, le Kenya et les Samoa – qui seront annoncés lors d’une conférence de presse plus tard dans la journée. L’alliance est également rejointe par l’ancien vice-président américain et activiste climatique de longue date, Al Gore, qui offre des mots d’encouragement.

Bien que les combustibles fossiles soient à l’origine de la crise climatique, ils n’ont été mentionnés que pour la première fois dans l’accord final de la Cop, il y a deux ans à Glasgow (et encore, uniquement pour le charbon).

Un déjeuner rapide de shakshuka suit pendant que Stege parle de stratégie avec un conseiller et passe des coups de fil pour prendre des nouvelles d’un collègue qui a été brièvement hospitalisé à Dubaï.

Nous nous rendons ensuite au pavillon Moana Blue Pacific, où les Îles Marshall lancent leur plan national d’adaptation après cinq ans de travail.

Une partie de la délégation des Îles Marshall prend une photo de groupe en tenue coordonnée après le lancement de leur plan national d’adaptation à la Cop28.

(Louise Boyle/The Independent)

La délégation a revêtu des chemises et des robes assorties ainsi que des vêtements traditionnels. amimono, des objets artisanaux tissés à la main à partir de coquillages et de frondes de noix de coco, en signe d’unité.

Le plan est intitulé Papjelmae en langue marshallaise, ce qui se traduit approximativement par la préparation de l’avenir. C’est un regard qui donne à réfléchir sur ce que les décennies à venir nous réservent.

« Nous l’appelons notre plan national d’adaptation, mais il s’agit en fait de notre plan de survie », explique John M. Silk, ministre des ressources naturelles et du commerce et chef de la délégation.

Ce plan nécessite des milliards de dollars dans les années à venir pour construire des digues, protéger les réserves d’eau douce, reloger les habitants et rehausser les terres.

Des centaines d’habitants des îles, qui ont chacune une identité propre, ont été interrogés dans le cadre du plan sur ce qui compte le plus pour eux – les craintes de perdre leurs moyens de subsistance, leur éducation, leurs libertés et leurs opportunités.

Une page du plan national d’adaptation des Îles Marshall montre la menace que représente l’élévation du niveau de la mer pour la capitale.

(Plan national d’adaptation des Îles Marshall)

Le message qui a retenti est qu’une migration forcée serait intolérable et que les gens veulent rester dans les Îles Marshall.

A lire aussi  L'année prochaine, la température moyenne de la planète pourrait dépasser 1,5 °C, avertit le Met Office

« Je ne veux pas quitter mon pays », a déclaré Mannley Compass, l’un des jeunes délégués.

En fin d’après-midi, M. Stege se rend à nouveau dans l’une des grandes salles plénières où se déroulent les événements les plus médiatisés de la Cop28, pour l’annonce de BOGA.

Avec quelques collègues, elle profite des rafraîchissements offerts – dattes enrobées de chocolat, petits fours (et encore du thé).

Simon Stiell, secrétaire exécutif de la CCNUCC, qui supervise les COP, salue Stege en passant, rapidement suivi par Selwin Hart, ancien négociateur climatique de la Barbade et conseiller spécial sur l’action climatique auprès du secrétaire général Antonio Guterres, qui l’appelle pour lui dire qu’il la verra à l’événement de la Powering Past Coal Alliance, où tous deux ont été programmés pour prendre la parole. Elle répond qu’elle demandera aux pays d’aller plus loin que de « dépasser le charbon ».

Tina Stege organise une réunion avec Maisa Rojas, ministre de l’environnement du Chili, tandis qu’Eamon Ryan, ministre de l’environnement de l’Irlande, s’entretient avec un autre membre de l’Alliance « Beyond Oil and Gas » à la Cop28.

(Louise Boyle/The Independent)

Lors de l’événement « BOGA », Stege rejoint sur scène les représentants du Danemark, de l’Irlande, du Chili, de Samoa et de l’Espagne.

Lorsqu’un journaliste leur demande si la Cop28 sera un succès sans un accord final appelant à l’élimination progressive des combustibles fossiles, ils répondent par un « non » retentissant.

Alors que tout le monde s’en va, Stege prend un moment avec la ministre chilienne de l’environnement, Maisa Rojas, pour coordonner un autre « bi-lat ».

Mme Rojas joue un rôle clé au sein de la Cop28, puisqu’elle fait partie d’un duo de ministres (avec l’Australie) chargé de trouver un consensus entre les pays sur des questions délicates lorsque l’heure tourne avant la conclusion d’un accord final.

Dehors, la soirée s’est rafraîchie et Stege arrive au pavillon britannique pour l’événement sur le charbon avec cinq minutes d’avance, ce qui lui laisse juste le temps de jeter un coup d’œil aux remarques sur sa tablette.

Bien que les Îles Marshall n’aient pas d’électricité à base de charbon, elles ont rejoint le groupe pour soutenir ceux qui s’efforcent de débarrasser leur économie des combustibles fossiles les plus polluants.

Lors de l’événement, elle écoute David Turk, adjoint de l’envoyé climatique américain John Kerry, s’exprimer sur la décision des États-Unis de rejoindre l’alliance. Puis c’est au tour de Stege.

Nous soutenons le PPCA lorsqu’il dit « pas de nouveau charbon » », déclare-t-elle. Mais nous disons aussi « pas de nouveau pétrole » et « pas de nouveau gaz ».

À 20 heures, elle rejoint Hart pour retourner aux principales négociations de l’autre côté de la salle, qui devraient se poursuivre jusque tard dans la nuit. « C’est une longue marche », lui dit-elle.

Avant de partir, elle se souvient d’un moment au début de la Cop28 qui a réussi à l’arrêter dans son élan.

« Le premier jour, je me dirigeais vers une salle de réunion et je suis passée devant une galerie de photos du monde entier. Je suis passée devant et je me suis dit ‘attendez une minute’, puis je suis revenue sur mes pas. C’était ma Bubu Tejja, avec qui je venais de passer l’été. Elle était juste là.

La photo de Theresa de Brun, la grand-tante de Tina Stege, et de ses petits-enfants, exposée à l’intérieur du site de la Cop28. Elle témoigne de l’ampleur de l’érosion causée par l’élévation du niveau de la mer sur l’île isolée de Likiep, dans les Îles Marshall.

(Tina Stege)

Tina Stege avait vu une photo de Theresa de Brun, sa grand-tante, qu’elle appelle « bubu », ou grand-mère, en marshallais. Cette photo fait partie d’une exposition à l’intérieur de la salle de la Cop, intitulée « Loss and Damage in Focus » (pertes et dommages en perspective). On y voit Mme de Brun dans son fauteuil roulant, entourant de ses bras ses petits-enfants, sur l’île isolée de Likiep.

« La femme marshallienne a vu son île subir de nombreux changements au cours des 86 dernières années », peut-on lire dans la légende.

« Elle a remarqué que le climat est devenu plus sec et plus chaud. À cause d’une période de sécheresse de neuf mois, ses petits-enfants souffrent davantage de la faim qu’elle, en raison de la diminution de la production alimentaire.

« Elle se souvient également que l’arrière de sa maison était recouvert d’arbres, ce qui l’empêchait de voir la lagune. Aujourd’hui, elle est assise dans son fauteuil roulant avec ses petits-enfants et tous les arbres et les plages qui se sont érodés ont disparu. Il ne reste plus que sa digue, qui protège son terrain de l’érosion, et une vue parfaitement dégagée sur le lagon ».

Le dernier jour des négociations de la Cop28 se prolonge jusqu’au petit matin, mais si les journées sont longues, Stege n’est que trop consciente de la brièveté des années à venir.

Auteur/autrice