Être parent face à la crise climatique : Conseils pour élever des enfants dans le cadre de la lutte pour une planète vivable

Le torrent d’émotions qui accompagne la décision d’avoir ou non des enfants a été intensément compliqué sur notre planète en surchauffe.

Un examen récent des études menées dans les pays occidentaux, notamment aux États-Unis et au Royaume-Uni, a porté sur l’impact du changement climatique sur les projets de maternité. Elle a révélé que les craintes suscitées par la crise dissuadaient de nombreuses personnes d’avoir des enfants.

Dans certains pays, l’inquiétude est devenue si palpable que des organisations ont vu le jour pour aider les gens à prendre des décisions personnelles monumentales au milieu d’une crise existentielle mondiale.

Parmi elles, Conceivable Future, une organisation lancée en 2014 aux États-Unis par Meghan Kallman, sociologue et sénatrice de l’État de Rhode Island, et Josephine Ferorelli, activiste et écrivaine. Le groupe a pour objectif d’aider à aborder les grandes questions sur la reproduction et la parentalité, ainsi que « comment s’impliquer politiquement pour rendre le monde plus sûr pour… ». pour tout le monde enfants ».

Des sauveteurs utilisent des canots pneumatiques pour évacuer des enfants à travers les eaux de crue à Zhuozhou, dans la province de Hebei, au nord de la Chine, en août.

(Copyright 2023 The Associated Press. Tous droits réservés)

Aujourd’hui, Kallman et Ferorelli ont rassemblé les enseignements qu’ils ont tirés au cours de la dernière décennie dans un guide pratique intitulé The Conceivable Future : Planning Families and Taking Action in the Age of Climate Crisis, qui sera publié en février.

A lire aussi  Les villes américaines qui s'affaissent sont déjà confrontées à des "impacts réels", l'affaissement posant un risque pour les bâtiments et les routes

Avant la sortie du livre, Kallman et Ferorelli ont partagé quelques-uns de leurs principaux conseils avec The Independent :

Trouvez vos collaborateurs

Face à la crise climatique, il est facile de se laisser submerger par son ampleur : nos effets négatifs semblent énormes et nos effets positifs semblent minimes. Mais tout ce que nous faisons seuls, qu’il s’agisse d’émissions de carbone positives ou négatives, n’est que de l’ordre de l’individuel et ne fait pas avancer l’aiguille. L’essence même du changement social, c’est-à-dire la manière dont nous « réglons » le problème du changement climatique, est qu’il n’a jamais été le fait que de groupes. La première étape cruciale pour avoir un impact positif important est donc de se rassembler.

Il peut s’agir de rejoindre un groupe axé sur le climat tel que 350.org, Moms Clean Air Forceou Lobby des citoyens pour le climatou simplement faire équipe avec un ou plusieurs amis partageant les mêmes idées dans le but de s’attaquer à quelque chose d’important. Nous nous réunissons non seulement pour mettre plus de mains sur le pont, mais aussi pour nous soutenir les uns les autres et nous rapprocher plus profondément les uns des autres. Cela nous permet d’être plus efficaces et plus résistants.

Une jeune fille portant une nuisette se tient entre des pancartes lors d’un rassemblement de protestation dans le cadre d’une journée mondiale d’action sur le changement climatique à Istanbul, le 6 novembre 2021.

(AFP via Getty Images)

Trouvez votre projet

Il y a tellement d’endroits où commencer que cela peut être accablant, mais il faut bien commencer quelque part. Nous vous recommandons de choisir un sujet qui vous touche, vous et votre communauté, et nous trouvons utile de choisir un « grand non » ou un « grand oui ».

A lire aussi  Des centaines de dragons bleus venimeux des profondeurs s'échouent mystérieusement en Inde

Un « Grand Non » met un terme aux mauvaises choses : une centrale électrique locale polluante, votre banque qui finance un oléoduc ou les subventions accordées par votre État aux combustibles fossiles, par exemple. Un « grand oui » crée de bonnes choses : un champ solaire municipal, une ligne de bus électrique gratuite et fréquente, un programme de compostage à l’échelle du quartier ou de la ville, par exemple. Une autre façon d’envisager le « grand oui » est de se demander quels sont les obstacles à la bonne chose (plus d’énergies renouvelables, un meilleur recyclage, etc.) et comment les éliminer.

Ces deux types de projets sont tout aussi urgents et importants l’un que l’autre. Si vous vous sentez plus attiré par un type d’objectif que par l’autre, suivez votre instinct. Mais que vous vous attaquiez à un « grand non » ou à un « grand oui », tout projet valable le sera :

Les auteurs de The Conceivable Future, Josephine Ferorelli (à gauche) et Meghan Kallman

(L’avenir concevable)

1. Un projet plus grand que vous. C’est-à-dire un projet qui affectera également la vie d’autres personnes et que vous ne pourrez pas réaliser seul.

2. Une source d’inspiration pour vous. Même si ce n’est pas « amusant », cela vaut la peine d’être fait.

3. Animé par la vision d’une vie qui vaut la peine d’être vécue. Vous pouvez voir le lien entre votre rôle et l’ensemble.

4. Possible. C’est-à-dire : un projet, pas une idée générale. Vous pouvez le mener à bien au cours de cette vie. Peut-être au cours de cette décennie ou de cette année.

A lire aussi  Six morts dans le Tennessee à la suite de tornades et d'orages violents

Trouvez votre voix

Nous vous recommandons de vous faire entendre. Quel que soit le changement que vous souhaitez voir se produire ou le projet que vous tentez, informez et invitez toutes les personnes de votre entourage, de vos voisins à vos collègues de travail en passant par vos législateurs. Chaque action est aussi une occasion de renforcer le pouvoir du peuple.

La plupart des gens ne sont pas satisfaits du mal, du gaspillage et de l’exploitation qui font partie intégrante de notre mode de vie. La plupart des gens sont préoccupés par le changement climatique et espèrent pouvoir faire quelque chose d’utile. Une fois que les gens savent que vous vous souciez beaucoup d’eux, ils peuvent vous solliciter avec leurs propres invitations, leur savoir-faire et leurs ressources.

Et dans l’esprit de Ted LassoA moins que vous ne poursuiviez en justice des dirigeants d’entreprises de combustibles fossiles, soyez curieux et ne portez pas de jugement. Les gens s’investissent lorsqu’ils se sentent accueillis et valorisés.

Auteur/autrice