La Cop28 joue les prolongations alors que les pays restent farouchement opposés sur les combustibles fossiles

Le sommet sur le climat de la Cop28 a officiellement entamé des heures supplémentaires mardi, alors que le monde s’efforce de trouver un consensus sur sa relation future avec les combustibles fossiles.

Le rassemblement de deux semaines des Nations Unies à Dubaï devait se terminer à 11 heures, heure locale, selon le président de la Cop des Émirats arabes unis, Sultan Ahmed Al Jaber.

Les sommets sur le climat sont généralement débordés, mais la publication de la dernière version de l’accord final lundi soir a mis fin aux espoirs de voir la Cop28 s’écarter de cette tendance.

Le projet de texte publié lundi a supprimé une phrase appelant à l' »élimination progressive » des combustibles fossiles, soutenue par plus de 100 pays. Or, les pays riches en pétrole, dont l’Arabie saoudite et la Russie, s’opposent fermement à la recommandation d’une élimination ou d’une réduction progressive du pétrole, du charbon et du gaz.

La fin de l’ère des combustibles fossiles, qui est à l’origine de la crise climatique, est devenue la bataille centrale des négociations de Dubaï.

La suppression de cette phrase a immédiatement provoqué le tollé d’un grand nombre de délégations et d’activistes. Lundi en fin de journée, les petits États insulaires et de nombreux pays en développement, ainsi que le Royaume-Uni, l’Union européenne, les États-Unis, l’Australie, le Japon, le Canada et la Norvège s’étaient prononcés contre cette suppression.

A lire aussi  Les nouveaux projets pétroliers en mer du Nord sont insignifiants pour l'indépendance énergétique du Royaume-Uni, selon une association à but non lucratif

La Cop28 vient s’ajouter à la longue liste des sommets sur le climat qui, depuis 2004, n’ont pas été achevés à temps. L’année dernière, la Cop27 en Égypte s’est achevée près de 36 heures après la date limite, tandis que le sommet de Madrid en 2019 a été le plus long de tous les temps, avec deux jours de retard.

À 11 heures du matin, le dernier projet de texte était encore loin de répondre aux attentes de nombreux pays.

Le texte du sommet, qui devait pour la première fois aborder directement la question des combustibles fossiles, ne fait aucune mention du pétrole et du gaz et invite les pays à réduire « la consommation et la production de combustibles fossiles d’une manière juste, ordonnée et équitable ».

Juste après l’abandon du projet de texte, des militants ont brandi des banderoles et se sont tenus à l’extérieur de la salle plénière pour exiger l’élimination progressive des combustibles fossiles dès lundi.

(REUTERS)

La faiblesse du langage a suscité l’indignation des nations vulnérables.

« Nous ne sommes pas venus ici pour signer notre arrêt de mort. Nous sommes venus ici pour nous battre pour 1,5°C et pour le seul moyen d’y parvenir : l’élimination progressive des combustibles fossiles… Nous n’irons pas silencieusement dans nos tombes aquatiques », a déclaré John M Silk, le ministre des ressources naturelles et du commerce des Îles Marshall.

Alors que les pays plaideront une dernière fois mardi en faveur d’un appel aux armes plus fort contre la crise climatique, une échéance plus concrète se profile à l’horizon pour de nombreuses délégations dont les ministres doivent s’envoler aujourd’hui. Les négociateurs sont eux-mêmes épuisés après deux semaines de débats houleux, et les discussions se sont terminées vers 2 heures du matin dans la nuit de lundi à mardi.

A lire aussi  2023 confirmée comme l'année la plus chaude jamais enregistrée, les records climatiques tombant comme des dominos

« Il est difficile de parvenir à un résultat d’ici demain midi », a déclaré la ministre allemande des affaires étrangères, Annalena Baerbock, tard dans la nuit de lundi à mardi, à l’issue des discussions. « Ce n’est pas un problème pour la délégation européenne. Nous avons le temps et nous sommes prêts à rester un peu plus longtemps.

Un délégué bâille alors que les discussions se poursuivent jusque tard dans la nuit de lundi à mardi.

(REUTERS)

Le président de la Cop28, Sultan al Jaber, a déclaré lors d’une session plénière lundi que « le temps de la décision est venu ».

« Nous devons encore combler de nombreuses lacunes. Nous n’avons pas de temps à perdre », a-t-il déclaré.

Mais les critiques fusent déjà. L’ancien vice-président américain et activiste climatique Al Gore a posté sur X : « La Cop28 est maintenant sur le point d’échouer complètement.

« Le monde a désespérément besoin d’éliminer progressivement les combustibles fossiles le plus rapidement possible, mais ce projet obséquieux se lit comme si l’Opep (le cartel des nations productrices de pétrole) l’avait dicté mot pour mot[…]. Il est profondément offensant pour tous ceux qui ont pris ce processus au sérieux ».

Auteur/autrice