Les prix des voitures électriques vont baisser au Royaume-Uni face à la concurrence des entreprises chinoises

Selon une récente analyse, les voitures électriques devraient être moins chères que jamais au Royaume-Uni en 2024.

Le site de vente en ligne de véhicules Auto Trader prévoit qu’une guerre féroce des prix des voitures électriques va se dérouler cette année, rendant les voitures moins chères et transformant le secteur.

La force motrice de cette guerre des prix imminente est l’entrée des constructeurs chinois de voitures électriques sur le marché britannique.

Le rapport d’Auto Trader prévoit que les voitures électriques chinoises représenteront un sixième des ventes de voitures électriques neuves au Royaume-Uni d’ici 2030.

Des marques comme BYD et GWM se préparent à conquérir une part importante du marché britannique des véhicules électriques, en tirant parti de leur succès sur le vaste marché chinois.

Les acteurs existants se disputeront les parts de marché en raison de la pression exercée sur eux par la nouvelle réglementation sur les véhicules à émission zéro (ZEV) qui entrera en vigueur ce mois-ci.

La montée en puissance de la Chine dans le domaine des voitures électriques ne fera qu’accentuer cette pression sur les prix, car elle dispose de la puissance de feu nécessaire pour s’emparer de parts de marché au Royaume-Uni,

Ian Plummer, directeur commercial chez Auto Trader

Elle prévoit qu’au moins 22 % des nouvelles voitures vendues par chaque constructeur au Royaume-Uni devront être à zéro émission en 2024, c’est-à-dire des véhicules électriques. Ce pourcentage augmentera régulièrement chaque année pour atteindre 100 % en 2035.

A lire aussi  Des conditions météorologiques extrêmes ont frappé tous les États américains cette semaine, faisant au moins quatre morts. Selon les experts, nous ne sommes pas encore tirés d'affaire.

Les constructeurs qui ne respectent pas ces réglementations s’exposent à des sanctions financières : 15 000 livres sterling par véhicule polluant vendu au-delà des limites fixées.

Même si le premier ministre Rishi Sunak a reporté de 2030 à 2035 l’interdiction de vendre de nouvelles voitures et camionnettes à essence et diesel au Royaume-Uni, le nouveau mandat ZEV ouvre la voie à une évolution vers les véhicules électriques, tandis que l’arrivée de constructeurs chinois sur le marché britannique ajoute une nouvelle couche de concurrence, obligeant les marques établies à réévaluer leurs stratégies de prix.

« La montée en puissance de la Chine dans le domaine des voitures électriques ne fera qu’accentuer cette pression sur les prix, car elle dispose de la puissance de feu nécessaire pour s’emparer de parts de marché au Royaume-Uni », déclare Ian Plummer, directeur commercial chez Auto Trader.

Les entreprises chinoises proposent déjà des prix attractifs aux consommateurs, et le Royaume-Uni apparaît comme une nouvelle destination commerciale lucrative pour elles.

Auto Trader indique que la BYD Dolphin est en vente au Royaume-Uni à un prix de départ de 25 000 £, contre 13 000 £ en Chine, tandis que la GWM ORA 03 est en vente à 31 000 £ au Royaume-Uni, mais seulement 12 000 £ en Chine.

« Les conducteurs qui envisagent de faire le premier pas sur la voie de la conduite électrifiée n’ont jamais été aussi bien placés qu’en 2024 pour bénéficier de la baisse des prix des véhicules électriques », a déclaré M. Plummer.

Auteur/autrice

A lire aussi  Sunak fait face à un nouveau cauchemar lors d'élections partielles, le député conservateur Chris Skidmore ayant démissionné à la suite d'une polémique sur le "net zéro".