Mortalités massives chez les éléphants de mer : la grippe aviaire détectée pour la première fois chez des mammifères près de l’Antarctique

La grippe aviaire s’est introduite pour la première fois dans les populations d’éléphants de mer et d’otaries à fourrure de l’île subantarctique de Géorgie du Sud, a confirmé jeudi une équipe de scientifiques, ce qui a déclenché l’alarme chez les défenseurs de l’environnement, car cette maladie hautement contagieuse a déjà tué des millions d’oiseaux dans le monde entier.

Les scientifiques ont suspecté pour la première fois la présence de la grippe aviaire près de l’Antarctique en octobre 2023, après la mort de plusieurs skuas bruns sur l’île Bird, qui fait partie du territoire britannique d’outre-mer de Géorgie du Sud et des îles Sandwich du Sud.

Ensuite, les éléphants de mer ont commencé à mourir en masse.

En décembre, des scientifiques de l’Agence britannique de santé animale et végétale (APHA) et du British Antarctic Survey (BAS) ont passé trois semaines dans les îles touchées, collectant des échantillons de mammifères et d’oiseaux morts.

Ces échantillons ont été testés positifs à la grippe aviaire (HPAI H5N1) chez les éléphants de mer, les otaries à fourrure, les skuas bruns, les goélands de varech et les sternes antarctiques, ont annoncé les scientifiques jeudi.

« Étant donné que l’Antarctique est un point chaud de la biodiversité unique et spécial, il est triste et préoccupant de voir la maladie se propager aux mammifères de la région », a déclaré le directeur des services scientifiques de l’APHA, Ian Brown.

A lire aussi  Un litre d'eau en bouteille contient 250 000 particules de plastique invisibles

L’épidémie mondiale de H5N1, qui a débuté en 2021, a tué des millions d’oiseaux dans les élevages de volailles, et les scientifiques craignent que son impact sur la faune sauvage de l’Antarctique ne soit dévastateur. Le virus peut infecter 48 espèces d’oiseaux et 26 espèces de mammifères marins, selon un rapport publié le mois dernier par l’OFFLU, un réseau mondial d’experts de la grippe animale.

Les échantillons analysés indiquent que des oiseaux migrateurs d’Amérique du Sud ont probablement introduit le virus en Géorgie du Sud.

« Les phoques, dont on sait qu’ils font les poubelles, peuvent être infectés lorsqu’ils consomment des carcasses d’oiseaux infectés », a déclaré l’écologiste Alastair Ward, de l’université de Leeds.

Des milliers de phoques et des centaines de milliers d’oiseaux se rassemblent en colonies denses dans l’Antarctique, ce qui pourrait permettre au virus de passer facilement d’un individu à l’autre, entraînant une forte mortalité, selon l’OFFLU.

Les manchots, les animaux les plus emblématiques de l’Antarctique, ne semblent pas encore touchés par le virus, aucun rapport ne faisant état d’une mortalité supérieure à la moyenne chez les manchots.

La BAS, qui exploite deux stations de recherche en Géorgie du Sud, a pour l’essentiel suspendu les travaux scientifiques impliquant un contact humain avec les animaux à la suite des cas confirmés. L’Association internationale des tour-opérateurs de l’Antarctique a également demandé aux bateaux de ne pas débarquer sur certains sites de la Géorgie du Sud et de la péninsule Antarctique, par mesure de prudence.

Alimentant l’inquiétude mondiale quant à la propagation du virus aux populations sauvages en péril, les autorités de l’Alaska ont confirmé la semaine dernière le premier cas connu d’un ours polaire mort du virus H5N1.

A lire aussi  Des fourmis de feu construisent des radeaux alors que l'Australie s'apprête à subir ses premiers cyclones de l'année

« Si un oiseau est affaibli par la grippe aviaire ou y succombe, les ours polaires ne sont pas très regardants sur ce qu’ils mangent », a déclaré à Reuters Andrew Derocher, biologiste spécialiste des ours polaires à l’Université de l’Alberta.

« Si l’animal est mort et qu’il est comestible, il le mangera probablement. Il est très probable qu’il y ait une interaction entre le changement climatique, la grippe aviaire, la mortalité des oiseaux et les ours polaires ».

Auteur/autrice