Figueroa prend le derby madrilène à bras-le-corps et le Rayo bat Getafe à neuf

Loin du Coliseum, au Cívitas Metropolitano, Getafe s’est incliné 2-0 face au Rayo Vallecano, une défaite marquée par les expulsions controversées de Juanmi Latasa et Mason Greenwood, et la justification de Sergio Camello, auteur des deux buts de l’équipe de Francisco Rodríguez sur ce qui fut son terrain de jeu.

Le destin a voulu que Camello prenne le dessus dans un duel difficile, avec beaucoup de cartons (surtout pour Getafe) et dans lequel l’équipe de José Bordalás a joué à neuf à partir de la 51e minute.

L’attaquant est entré en jeu au bon moment, alors qu’il n’avait pratiquement pas marqué de but en Copa cette saison. Il n’y avait aucune trace des sept buts qu’il avait marqués en prêt de l’Atlético de Madrid la saison dernière. Mais, déjà propriété du club présidé par Raúl Martín Presa, il s’est réveillé au moment où son équipe avait le plus besoin de lui.

Camello faisait asseoir Raúl de Tomás sur le banc et entrait sur le terrain avec la ferme intention de mettre fin à la série de 420 minutes sans but du Rayo Vallecano, qui restait également sur sept matches sans victoire. Il lui a fallu 46 minutes pour célébrer son premier but de la saison en championnat et pour ouvrir un score qu’il allait augmenter au début de la deuxième mi-temps. Il a été le point focal, l’image sympathique d’un match qui a été, comme on pouvait s’y attendre, excessivement intense.

Le bannissement n’a pas été du goût de Getafe, même si la réalité est que le Rayo Vallecano ne fait pas de bien au Rayo Vallecano. C’est une équipe qui leur met presque toujours des bâtons dans les roues. C’est difficile pour eux. Les données précédentes étaient inquiétantes pour l’équipe de Bordalás : seulement trois victoires sur les 16 matches où ils se sont affrontés en Primera División. Démolir.

A lire aussi  L'option surprenante de Tottenham pour acheter Harry Kane

Cependant, sous Bordalás, Getafe n’a connu que la victoire contre le Rayo. Ils les ont battus lors d’un match en deuxième division (2016/17) et lors des deux rencontres de Primera Division de la saison 2018/19. L’entraîneur d’Alicante a pris la mesure de son adversaire mardi et la projection de son équipe invite à l’espoir.

Mais, à cette occasion, le Coliseum n’allait pas être la scène sur laquelle Getafe a construit sa stabilité loin des places de relégation et près des places européennes. Une sanction en suspens datant de 2017 a forcé le transfert de 10 000 supporters à vingt kilomètres de là pour disputer le duel au Cívitas Metropolitano.

Avec de nombreux vides dans les tribunes, le duel a perdu de sa saveur. Sur le terrain, en revanche, la lutte est acharnée. Personne ne voulait céder le moindre centimètre. Ni les joueurs du Rayo, avec cinq nouveaux visages par rapport au dernier match (Balliu, Aridane, Espino, Kike Pérez et Óscar), ni les joueurs de Getafe, n’ont caché leurs jambes. Ils sont allés au combat, au duel direct et le match n’a pas été très élaboré.

Jusqu’à l’expulsion de Latasa à la mi-temps, le match était relativement équilibré. C’est Getafe qui a fait preuve de plus de mordant. Ils ont eu plusieurs occasions de prendre l’avantage, mais ont manqué de peu la cible. Tout d’abord, Latasa lui-même tirait au-dessus de la barre, puis Greenwood était tout près de marquer sur un tir croisé repoussé par Aridane.

Le Rayo répondait par l’intermédiaire d’Isi Palazón, sans doute l’homme clé des hommes de Francisco. Il est le moteur d’une équipe qui a brisé la domination de Getafe grâce à une frappe du gauche du milieu de terrain de Murcia que Soria a sauvée d’un arrêt spectaculaire. Ensuite, Isi tente un corner direct et Soria se manifeste à nouveau. Et sur le troisième tir d’Isi, conclu par Kike Pérez, Soria était de nouveau présent.

A lire aussi  Sergi Roberto : "J'ai parlé à Neymar et il aimerait revenir".

Le gardien de Getafe sauvait ses coéquipiers par trois interventions consécutives, mais à l’approche de la mi-temps, le match s’écroulait définitivement. Le bras de Latasa était légèrement hors du jeu lorsqu’il sautait et il recevait son deuxième carton jaune.. Il laissait son équipe à dix et cinq minutes plus tard, Camello inscrivait son premier but à la fin d’une superbe action du Rayo.

Et si Camello a été le protagoniste de la fin de la première mi-temps, au début de la seconde, il s’est chargé de stopper toute tentative d’héroïsme de la part de Getafe. Dès la reprise, Nkteka gagnait un duel avec Djené et le ballon atterrissait dans les pieds de Camello qui, après avoir coupé en retrait à Soria, mettait fin à la rencontre.

Greenwood, aussi dans la rue

Quelques instants plus tard, le Greenwood, qui avait reçu un carton rouge direct après avoir dit quelque chose à l’arbitre Jorge Figueroa Vázquez pour ne pas avoir sifflé une faute évidente sur lui à l’entrée de la surface, a été expulsé.. Sa sortie du terrain à la 52e minute mettait fin à tout. Getafe, réduit à neuf joueurs et mené 0-2, avait complètement perdu le match.

Le reste n’a été qu’un exercice de désespoir de la part des Bleus et Blancs, qui ont au moins pu se réjouir du retour d’Enes Ünal après des mois d’absence pour cause de blessure.

C’est le seul point positif que Getafe a tiré de ce match. Ils ont perdu, une fois de plus, contre le Rayo Vallecano ; ils sont privés de quatre joueurs pour la prochaine journée (Damián, expulsé après avoir été remplacé, Greenwood, Latasa et Jaime Mata en raison d’une accumulation de cartons) ; et surtout, ils ont perdu trois points.

A lire aussi  Harry Kane a un délai pour décider de son avenir

De l’autre côté, le Rayo Vallecano est sorti renforcé. Il a commencé l’année par une victoire dont il avait bien besoin. Il a mis fin à une inquiétante série de sept matches sans victoire et Camello s’est imposé comme un possible point de référence en attaque. Rayo a pris le dessus sur Getafe, qui n’a pas réussi à se défaire de ses nerfs dans un match où la tension était à son comble.

Auteur/autrice