Les serpents des toilettes se multiplient dans toute l’Australie à cause des pluies incessantes qui font des ravages

Les habitants des États de l’est de l’Australie aperçoivent des serpents dans leurs toilettes après que de fortes pluies ont provoqué des inondations soudaines dans une grande partie du pays.

Dans plusieurs régions du sud-est du Queensland et du nord de la Nouvelle-Galles du Sud, les eaux ont inondé les routes, coupé les villes et endommagé les propriétés. Les autorités ont conseillé aux habitants des zones basses de se déplacer vers des terrains plus élevés.

Des photos et des vidéos circulant sur les réseaux sociaux montrent des serpents et d’autres animaux sauvages naviguant dans les eaux stagnantes des zones urbaines.

Une vidéo montre un serpent mortel interrompant le match de tennis entre Dominic Thiem et James McCabe le 30 décembre. D’autres vidéos sur TikTok et dans les médias locaux montrent des serpents repérés dans des cabines de toilettes et des cuvettes.

La sauveteuse d’animaux sauvages Tennille Bankes, qui a récemment été appelée à Goondiwindi, près de la frontière de la Nouvelle-Galles du Sud, pour récupérer un serpent noir à l’intérieur de toilettes publiques, a déclaré à Yahoo News Australia que le « climat sauvage » de Noël et du Nouvel An était probablement l’une des raisons de ce phénomène.

Mme Bankes a déclaré que l’augmentation de la fréquence des appels pour les « serpents des toilettes » était probablement due à la chaleur, les serpents cherchant des sources d’eau dans leur environnement.

A lire aussi  Des conditions météorologiques extrêmes ont frappé tous les États américains cette semaine, faisant au moins quatre morts. Selon les experts, nous ne sommes pas encore tirés d'affaire.

« Le problème, c’est la chaleur. Ils vont chercher de l’eau partout où ils peuvent », a-t-elle déclaré à l’hebdomadaire.

« Les saisons sont incroyablement folles en ce moment. Nous avons beaucoup de chaleur en ce moment et des inondations, donc le changement climatique est une chose réelle », a-t-elle ajouté.

Le mois dernier, des crocodiles ont été aperçus sur les routes du Queensland après que le système de tempête a inondé la région, forçant des centaines de personnes à évacuer leurs maisons ou à s’accrocher aux toits en attendant d’être secourues.

Cette semaine, de nombreuses régions ont reçu des précipitations équivalentes à au moins deux mois de pluie au cours des trois derniers jours. Springbrook, dans le Queensland, a reçu 514 mm de pluie au cours des dernières 48 heures, soit plus du double de la moyenne de janvier.

Les prévisions indiquent que d’autres précipitations sont susceptibles de tomber au cours des prochaines 24 heures.

Le vice-premier ministre du Queensland, Cameron Dick, a exhorté les gens à rester à l’écart des routes jusqu’à ce que le temps s’éclaircisse.

« Les routes seront dangereuses et des crues éclair potentiellement mortelles pourraient se produire à des endroits inattendus », a déclaré M. Dick lors d’une conférence de presse.

Des opérations de sauvetage sont en cours dans plusieurs régions du Queensland et de la Nouvelle-Galles du Sud voisine, où des dizaines de personnes ont été sauvées d’un camping bondé, isolé par les eaux de crue.

Des vidéos montrent des arbres abattus, des routes bloquées et des sauveteurs pataugeant dans l’eau jusqu’à la taille pour atteindre des maisons.

A lire aussi  La Californie approuve des règles pour le recyclage de l'eau des toilettes à des fins de consommation

Un serpent coincé dans les toilettes

(Screengrab/Yahoo News)

Les autorités appellent à la prudence pour les prochaines 24 heures.

« Avec ces précipitations intenses et rapides, les rivières et les ruisseaux montent très vite et prennent les gens au dépourvu », a déclaré Kevin Walsh, commissaire adjoint des services d’urgence du Queensland. « Les prochaines 24 heures sont importantes.

L’Australie a été fréquemment frappée par des systèmes de tempête cet été alors que la crise climatique continue d’amplifier les extrêmes météorologiques, le phénomène El Nino apportant plus de chaleur et augmentant le risque d’incendies de forêt.

Auteur/autrice