Le gouvernement proposera de suspendre Luis Rubiales en tant que président de la RFEF.

Le ministre de la Culture et des Sports, Miquel Iceta a annoncé mardi que le gouvernement demandera la suspension de l’ancien président de la Fédération royale espagnole de football, Luis Rubiales, de toutes ses fonctions lorsque le Tribunal administratif du sport, rattaché au Consejo Superior del Deporte (CSD), entamera une procédure à l’encontre du dirigeant de la fédération.

« Une fois que la plainte aura été admise pour traitement, nous pourrons convoquer le conseil du CSD dans les 48 heures, où nous proposerons la suspension de l’ancien président jusqu’à la résolution définitive de la Cour ».a expliqué M. Iceta lors de la conférence de presse qui a suivi la réunion du Conseil des ministres.

Selon le ministre, cette procédure a été entamée hier et ce matin, le tribunal a demandé au gouvernement un certain nombre de documents, qui sont déjà en cours de traitement. « Nous espérons que la décision sera prise le plus rapidement possible.il a déclaré.

Ainsi, Iceta a précisé que la CSD a présenté deux requêtes motivées en « deux infractions très graves ». de la loi sur le sport, en particulier l’article 76, qui se réfère aux abus d’autorité, et une autre liée à l’article 7 de la loi sur le sport, qui se réfère aux abus d’autorité. « les actes notoires et publics qui portent atteinte à la dignité et à la bienséance du sport ».

« Le gouvernement avance avec diligence et d’un pas ferme, nous voulons tous que cette affaire soit résolue le plus rapidement possible, mais nous devons veiller à ce que cela se fasse avec rigueur et garanties juridiques pour éviter un recours qui pourrait révoquer les décisions prises ».Iceta a averti que l’exécutif a agi « dès que les mécanismes juridiques l’ont permis ».

A lire aussi  Vinícius, "cours magistral" sur ce qu'il ne faut pas faire sur un terrain de football

Le ministre a défendu le fait que son département et la CSD ont « travaillé contre la montre » pour examiner « méticuleusement » les plaintes reçues, dans le but d’être « scrupuleux » avec les étapes à suivre afin « d’éviter des contestations et des appels futurs qui pourraient allonger le processus d’une manière indésirable ».

« Nous devons être rapides dans notre réponse, mais aussi efficaces. a déclaré M. Iceta, qui souhaite que les décisions prises soient « juridiquement rigoureuses ».

Le responsable des sports s’est toutefois dit convaincu que « la plainte pour des faits aussi graves sera traitée » par le tribunal. « Nous ne nous plaçons pas dans un autre scénario », a-t-il souligné.

Le ministre a également assuré que l’indépendance de la RFEF a été respectée car le gouvernement ne veut pas « interférer ou être accusé d’interférer ».

« La loi sur le sport nous oblige à respecter le fonctionnement de la Fédération ».Iceta a expliqué pourquoi le gouvernement a attendu l’Assemblée de la RFEF de vendredi dernier pour présenter sa plainte, où l' »inaction » de la Fédération a été ratifiée, selon ses termes.

« Le gouvernement peut agir de manière réactive, mais pas de manière préventive », a-t-il déclaré.

Iceta a également salué la « brillante victoire » de l’équipe nationale de football féminin et a déclaré qu’il s’agissait d’une « brillante victoire ». « Il est inacceptable que des comportements inacceptables viennent ternir les progrès accomplis ».

« La fin de toute discrimination et de tout obstacle pour les femmes dans le sport, et elle a malheureusement pris fin à cause d’un incident qui n’aurait pas dû se produire.« , a-t-elle souligné.

A lire aussi  La RFEF accorde les droits de la Primera Federación pour 15 millions sur trois saisons

Auteur/autrice