Les travailleurs de plusieurs usines de gaz en Australie se mettent en grève la semaine prochaine


Archive – Gaz, gazinière, flammes, flamme, feu, cuisinière, cuisinières, gaz naturel. – CALPA PARIS – Archive

MADRID, 29 août (CALPA PARIS) –

Les travailleurs de trois installations de gaz naturel liquéfié (GNL) de la société américaine Chevron sur la côte ouest de l’Australie se mettront en grève à partir du 7 septembre pour réclamer de meilleures conditions de travail et de meilleurs salaires, a annoncé le syndicat Offshore Alliance (OA), ce qui pourrait avoir une incidence sur l’approvisionnement mondial en gaz.

« Les membres de l’OA s’engageront dans des arrêts de travail continus, des interdictions et des limitations qui augmenteront chaque semaine jusqu’à ce que Chevron accepte nos demandes de négociation », a annoncé le syndicat, dont les avocats ont notifié leurs intentions à Chevron hier.

« Les efforts de négociation de Chevron ont été la performance la plus inepte et la plus incompétente que nous ayons vue à ce jour de la part de toutes les équipes avec lesquelles nous avons traité depuis la formation d’Offshore Alliance en octobre 2018 », ajoutent les représentants des travailleurs, avertissant que cela coûtera à Chevron ses exportations de GNL au fur et à mesure que la grève prendra effet.

Les installations concernées, notamment les usines de traitement à terre de Gorgon et de Wheatstone et la plateforme offshore de Wheatstone, emploient environ 500 personnes et fournissent plus de 5 % du GNL commercialisé à l’échelle mondiale.

Dans une déclaration rapportée par la BBC, la société américaine a déclaré que, bien qu’elle ne pense pas qu’une mobilisation soit nécessaire pour parvenir à un accord, elle « continuerait à travailler dans le cadre du processus de négociation tout en cherchant des résultats qui bénéficient à la fois aux employés et à la société ».

A lire aussi  Selon Tempos Energia, le prix du Brent pourrait atteindre 110 dollars cet hiver.

Auteur/autrice