L’Irak signe deux contrats avec LaLiga

L’Irak a signé dimanche deux contrats avec la LaLiga espagnole pour développer les talents sportifs irakiens dans le domaine du football, ainsi que gérer et superviser la mise en œuvre de la Ligue professionnelle irakienne.qui souffre d’une « détérioration due à des années de conflit ».

« Le Premier ministre irakien, Mohamed Shia al Sudania parrainé deux contrats pour le partenariat entre la Fédération irakienne de football et la LaLiga espagnole afin d’organiser la Ligue professionnelle irakienne pour la saison 2023/2024″, a déclaré aujourd’hui le bureau du chef du gouvernement. Dans une déclaration, M. Al Sudani a souligné la nécessité d' »adopter un travail professionnel dans toutes les sections du sport irakien », et pas seulement dans le football, et a insisté sur l’enthousiasme du gouvernement à développer le sport irakien avec toutes ses institutions.

Le président de la Fédération irakienne de football, Adnan Daryal, et le président de LaLiga, Javier Tebasa signé ce dimanche le contrat de lancement de ce projet commun. Il s’agit du premier contrat qui stipule que LaLiga se consacre à « l’administration et à la supervision de la mise en œuvre de la Ligue professionnelle irakienne », et comprend « la nomination d’un directeur exécutif espagnol pour gérer le projet, ainsi que pour promouvoir la Ligue professionnelle irakienne », selon la même note.

En ce qui concerne l’autre contrat, le Projet Rêve 2030indique que LaLiga développera « les talents sportifs irakiens dans le domaine du football » et « organisera des cours de formation et de développement pour les travailleurs » dans tous les centres de talents, tels que les entraîneurs, les administrateurs et les autres employés.

A lire aussi  Walker sur Vinícius : "J'allais devenir un mème".

Le communiqué ne donne pas de détails sur la valeur des deux contrats ni sur la durée d’application de ces accords pour la prochaine saison. L’Irak tente avec ces pactes d’améliorer son équipe nationale, comme le font plusieurs pays de la région, et des institutions sportives qui « ont beaucoup souffert au cours des deux dernières décennies de conflits externes et internes ».

Auteur/autrice