L’Ibex 35 rebondit cette semaine avec un gain de 1,3 % après l’augmentation de 1,6 % d’aujourd’hui et atteint le niveau de 9 300.

MADRID, 2 juin (CALPA PARIS) –

L’Ibex 35 a connu ce vendredi une « remontée » en clôturant la séance avec une hausse de 1,63% qui l’a amené à se situer à 9.317,3 entiers et à enregistrer sur l’ensemble de la semaine une progression de 1,37% par rapport à vendredi dernier.

La semaine a été marquée par les négociations aux Etats-Unis sur le plafond de la dette et la publication des données macroéconomiques dans plusieurs pays.

Ainsi, le dynamisme de vendredi fait suite à la décision du Sénat américain d’adopter le projet de loi sur le plafond de la dette convenu entre le président Joe Biden et le leader du GOP de la Chambre des représentants Kevin McCarthy.

Sur le front espagnol, les investisseurs ont pris connaissance des chiffres du chômage et des inscriptions à la sécurité sociale pour le mois de mai : le chômage a baissé de 49 260 (à 2,74 millions), tandis que les inscriptions à la sécurité sociale ont enregistré 200 411 nouveaux travailleurs (à 20,82 millions).

Enfin, parmi les références de ce vendredi, il convient de souligner le taux de chômage américain, qui a augmenté de trois dixièmes de point de pourcentage en mai, à 3,7 %, malgré la création de 339 000 emplois.

Joaquín Robles, analyste chez XTB, souligne également d’autres données publiées au cours de la semaine, telles que le PMI chinois, qui « a une fois de plus tiré la sonnette d’alarme sur la lenteur de la reprise du géant asiatique », et l’inflation dans la zone euro, qui a ralenti à 6,1 %, tandis que l’inflation de base s’est ralentie à 5,3 %.

A lire aussi  Eurocontrol met en garde contre d'éventuelles grèves du contrôle aérien en Europe cet été

« Cette baisse inattendue a soulevé la possibilité que la BCE interrompe les hausses plus tôt que prévu, bien que l’organisme européen reste prudent compte tenu de la crainte d’une nouvelle hausse des prix et de la distance qui les sépare de l’objectif », explique l’analyste.

En Espagne, M. Robles souligne que l’annonce d’élections anticipées « n’a pas eu d’impact significatif » ni sur l’Ibex 35, ni sur les spreads de la dette. « Dans ce genre d’occasions, la principale préoccupation des investisseurs est la formation d’un gouvernement stable », ajoute-t-il.

Dans ce contexte, Grifols a mené les gains (+6,50%) dans la session d’aujourd’hui, suivi par ArcelorMittal (+4,66%), Merlin (+4,27%), Sacyr (+4,23%), Colonial (+4,12%) et BBVA (+3,74%), tandis qu’à l’opposé, seuls Telefónica (-0,77%) et ACS (-0,76%) ont clôturé négativement.

En ce qui concerne les autres marchés sélectifs européens, le CAC 40 français a clôturé avec un gain de 1,87%, suivi par le FTSE MIB italien (+1,85%), le FTSE 100 britannique (+1,56%) et le DAX allemand (+1,25%).

Le pétrole brut Brent s’échangeait à 75,59 dollars, en hausse de 1,76%, tandis que le pétrole brut West Texas Intermediate était en hausse de 1,78% à 71,35 dollars.

Sur le marché de la dette, le rendement des obligations espagnoles à 10 ans s’élevait à 3,308%, tandis que la prime de risque par rapport aux obligations allemandes s’élevait à 102 points de base.

Sur le marché des changes, l’euro s’est apprécié de 0,38% par rapport au dollar, à un taux de change de 1,0721 « billet vert » pour chaque unité de la monnaie de l’UE.

A lire aussi  Le chiffre d'affaires de Telefónica augmente de près de 7 % au premier trimestre et dépasse les 10 000 millions d'euros

La semaine prochaine, les investisseurs attendront la réunion de l’OPEP et la publication de données telles que l’indice PMI des services, entre autres. En outre, les marchés spéculeront sur les prochaines actions des banques centrales en matière de politique monétaire, selon M. Robles.

Auteur/autrice