7Play entre sur le marché avec 300 millions d’euros et prévoit d’acheter jusqu’à 14 opérateurs locaux pendant le reste de l’année.

La société prévoit un environnement de consolidation pour les opérateurs de taille moyenne et considère qu’une vente similaire à celle d’Ahi+ en 2020 est peu probable.

MADRID, 11 juin (CALPA PARIS) –

La société de télécommunications 7Play, dont l’activité a débuté en octobre dernier, a acquis jusqu’à présent 16 opérateurs locaux et dispose de 300 millions d’euros pour entreprendre de nouvelles opérations et mener à bien son projet à court terme, qui vise à terminer l’année avec 25 à 30 opérateurs intégrés au groupe, selon le PDG de la société, José Carlos Oya, lors d’une interview accordée à Europa Press.

Pour mener à bien son plan de développement et d’acquisition en Espagne, qui nécessite un investissement d’environ 300 millions d’euros, 7Play bénéficie du soutien financier du gestionnaire d’investissement Pioneer Point Partners, qui a apporté un tiers de ces besoins sous forme de capital.

« Combien d’opérateurs allons-nous acquérir ? Cela dépend beaucoup de la situation du marché et de la valeur des opérations. En Espagne, il pourrait rester environ 400 opérateurs à intégrer. Cela dépendra si les opérateurs que nous allons acquérir sont très importants et si nous dépensons les 300 millions d’euros avec cinq (opérations) », a déclaré M. Oya.

Le dirigeant de 7Play, fondateur d’Ahí+ – une entreprise que MásMóvil a achetée en 2020 pour environ 115 millions d’euros – n’exclut pas la possibilité que, dans ce dernier scénario, l’entreprise doive retourner sur le marché à la recherche de financement pour acheter d’autres opérateurs locaux.

Au-delà du court terme, Oya pense que l’un des scénarios les plus réalisables est qu’après la fusion d’Orange et de MásMóvil – qui devrait être résolue après l’été – il y aura trois « acteurs principaux » sur le marché, se référant à Movistar, Vodafone et la société résultant de la fusion d’Orange et de MásMóvil.

A lire aussi  Le prix de l'électricité baisse de près de 16% ce dimanche, à 67,79 euros/MWh.

« Il me semble que tout indique que ce qui va rester, ce sont des gens très moyens, et je pense que ce dont nous avons besoin, c’est d’un syndicat », a prédit Oya, qui pense que la chose « raisonnable » serait qu’il y ait une consolidation de 7 ou 8 entreprises « d’un certain niveau » pour créer un autre acteur majeur dans le secteur.

Cependant, il souligne que beaucoup de choses peuvent se produire d’ici là, comme l’entrée de nouveaux fonds, par exemple, mais pour l’instant, il exclut une vente similaire à celle d’Ahi+ en 2020 et se prononce plutôt en faveur d’une consolidation.

En dehors des opérations d’acquisition, l’objectif de 7Play est d’atteindre 1,6 million de foyers desservis par sa propre fibre optique dans les deux prochaines années, contre 300 000 actuellement grâce aux 16 opérateurs locaux de Galice, Catalogne, Aragon, Castille-La Manche, Valence et Andalousie qu’elle a acquis jusqu’à présent.

Par ailleurs, seul un tiers de sa couverture actuelle correspond à des zones urbaines, à des villes de plus de 20 000 habitants, tandis que le reste est « très localisé dans des régions rurales ou des villes de moins de 20 000 habitants », a expliqué l’exécutif.

En termes d’infrastructure, 7Play concentre actuellement ses activités sur le modèle de vente au détail, c’est-à-dire que ses réseaux sont commercialisés au sein de son écosystème de marques et « avec le client final à l’esprit ».

« À moyen et long terme, nous étudions la possibilité de les commercialiser en tant que grossistes. Pour cela, nous avons besoin d’une large empreinte géographique et nous pensons que cela pourrait se faire au cours du dernier trimestre de cette année. C’est l’approche, et nous verrons ensuite ce que nous ferons exactement », a expliqué M. Oya.

A lire aussi  Vodafone a recyclé près de 1,6 million d'appareils en Espagne au cours du premier trimestre de l'année.

C’est précisément pour étendre cette « empreinte géographique » que l’entreprise se présentera au programme de subventions de l’État « Unico » avec un projet de 40 millions d’euros, pour lequel elle espère obtenir environ 25 millions d’aides publiques.

Dans le même ordre d’idées, les contrats publics constituent une autre source de revenus pour l’entreprise, et le dirigeant a souligné qu’elle participait principalement aux appels d’offres des conseils locaux.

En ce qui concerne la main-d’œuvre de 7Play, l’entreprise compte actuellement 120 employés, mais, selon les estimations d’Oya, dans environ deux ans, le nombre d’employés pourrait être multiplié par plus de 10 et atteindre environ 1 500.

Auteur/autrice