80% des opérateurs télécoms misent sur les lieux de travail virtuels, selon Minsait (Indra)

MADRID, 11 juin (CALPA PARIS) –

80 % des entreprises du secteur des télécommunications sont engagées dans les emplois virtuels, selon le rapport  » Ascendant 2022 : Moderniser et croître dans le nuage  » préparé par Minsait (Indra), qui indique également que les entreprises de télécommunications sont ainsi en avance sur d’autres industries, telles que la construction ou même les administrations publiques.

Après la pandémie, et conformément aux stratégies d’adaptation au cloud, les opérateurs continuent d’investir dans de nouveaux réseaux, tels que la 5G, dans l’expansion des réseaux de fibre et dans les technologies cloud, qui, selon les auteurs de l’étude, « leur permettent d’offrir de nouveaux services à leurs clients, qui sont de plus en plus exigeants et de plus en plus habitués à la numérisation ».

Dans ce sens, 70% des entreprises ont un plan stratégique de modernisation et ont déjà réalisé des pilotes ou des preuves de concept sur certaines des transformations.

« Le secteur des télécommunications continue de gagner la course à la modernisation en faisant preuve d’un degré de maturité assez élevé. Cependant, il est encore nécessaire pour les opérateurs de surmonter une série de défis, tels que l’amélioration des nouveaux modèles opérationnels qui leur permettent de continuer à avancer dans leur transformation numérique totale », a déclaré Elena Pablos Espada, directrice de Telco et Media chez Minsait.

En ce sens, l’étude confirme que les entreprises de télécommunications ont pour « objectif clair » d’acquérir « une plus grande agilité commerciale » pour résoudre les défis qui peuvent survenir dans un contexte « aussi changeant que l’actuel » avec les « plus grandes garanties ».

A lire aussi  BBVA a augmenté de 30 % les capitaux levés dans le cadre d'activités durables au deuxième trimestre

« Les fournisseurs d’informatique en nuage et les entreprises expertes en modernisation possèdent le savoir-faire et l’expertise en matière de numérisation, et c’est pourquoi ramer avec eux dans cette course est la clé du succès », a déclaré Elena Pablos.

Table des matières

CYBERSECURITE

En ce qui concerne la souveraineté des données, la plupart des organisations ont identifié des réglementations et des contrôles associés, tout en définissant des mécanismes de contrôle continu pour assurer la conformité, note le rapport.

Ainsi, environ 80 % des entreprises interrogées dans le cadre de l’étude affirment avoir conçu et mis en œuvre des modèles de gouvernance pour permettre « l’adoption agile et sécurisée du nuage », des chiffres supérieurs à la moyenne puisque, dans l’évaluation totale des secteurs, le pourcentage de cette sensibilité « diminue de manière significative ».

Dans le domaine de la sécurité des telcos, « il n’y a pas de grands domaines d’amélioration », car un pourcentage élevé d’opérateurs de télécommunications ont défini des modèles de sécurité et des CSF (Cyber Security Framework) en place, avec des processus d’automatisation des contrôles et de surveillance continue de la posture de sécurité et d’application, alignés sur DevOps.

« En résumé, le secteur des télécoms est déterminé à poursuivre le voyage de la modernisation des applications et de la migration vers le cloud, où il y a encore un long chemin à parcourir. De même, il est indéniable que les mesures qu’ils ont prises jusqu’à présent leur permettent de ne pas se laisser distancer et de gagner en valeur ajoutée en tant qu’entreprises « , ajoutent les auteurs du rapport.

A lire aussi  Accenture, GMV et Telefónica, parmi les entreprises sélectionnées pour aider à numériser le Sepblac

Auteur/autrice