BBVA fait appel au marché en émettant une CoCo en dollars à un taux initial de 9,625 %.

MADRID, 11 sept. (CALPA PARIS) –

BBVA a lancé sur le marché l’émission d’une obligation contingente convertible (CoCo) AT1 en dollars, à un prix d’émission de 9,625%,
L’obligation a une maturité perpétuelle et une option de remboursement à 6 ans, ont déclaré des sources de la banque à Europa Press.

Le format de l’émission de CoCos en dollars, avec enregistrement du prospectus auprès de la Securities and Exchange Commission américaine, permet à BBVA de proposer les titres à une base d’investisseurs plus large, principalement aux États-Unis, en Europe et en Asie.

BBVA démontre ainsi sa volonté d’être présente sur ce marché au moins une fois par an et, en même temps, de répondre aux besoins de financement de BBVA SA dans cette devise.

Les banques souscriptrices sont Barclays, BBVA elle-même, BofA Securities (B&D), HSBC, Morgan Stanley et Société Générale.

L’émission, qui est incluse dans le plan annuel de financement de gros de BBVA, a un double objectif : d’une part, elle donne à la banque la flexibilité de refinancer les options de remboursement suivantes pour ce type de dette (il convient de rappeler qu’en juillet 2023, elle a annoncé à ses détenteurs d’obligations sa décision irrévocable d’exécuter l’option de remboursement pour ses instruments AT1 avec cette option le 24 septembre) et, d’autre part, elle renforce son capital hybride.

BBVA a annoncé en juillet dernier son intention de procéder à un nouveau rachat extraordinaire d’actions pour un montant de 1 milliard d’euros une fois que les autorisations réglementaires correspondantes auront été obtenues.

Il s’agit de la deuxième émission AT1 de la banque présidée par Carlos Torres cette année. En juin, BBVA a placé 1 000 millions d’euros dans l’émission d’un CoCo avec un coupon de 8,375%. Il s’agissait de la première émission de la banque avec ces caractéristiques depuis 2020 et la première lancée par une entité européenne depuis la crise du Crédit Suisse en mars 2023.

A lire aussi  La Bundesbank déclare que l'Allemagne traverse une "phase de faiblesse" et prévoit une nouvelle stagnation du PIB.

Auteur/autrice