Le marché organisé du gaz en Espagne a augmenté de 76 % en 2022 dans un contexte de prix élevés et de volatilité.

L’Espagne n’a pas atteint les objectifs de liquidité fixés par l’Agence des régulateurs européens (ACER).

MADRID, 24 oct. (CALPA PARIS) –

Le volume total négocié sur le marché organisé du gaz en Espagne, géré par la société Mibgas, a été de 121 419 gigawattheures (GWh) en 2022, ce qui représente 33,3 % de la demande nationale de gaz, dans un contexte de prix élevés, de forte volatilité et de baisse des approvisionnements en gaz de la Russie vers l’Europe, comme l’a indiqué mardi la Commission nationale des marchés et de la concurrence (CNMC).

Le rapport indique également que le volume des échanges a augmenté de 76,5 % par rapport à 2021 (68 793 GWh) et que le  » bon  » fonctionnement du marché a contribué à la fixation efficace des prix et au développement de la concurrence, en facilitant l’accès au marché espagnol pour les grands opérateurs internationaux, ainsi que l’achat de gaz par des agents de taille insuffisante pour opérer sur les marchés de l’approvisionnement en gaz.

Selon l’organisation présidée par Cani Fernández, le nombre d’agents autorisés dans Mibgas s’élevait à 178, contre 169 en 2021.

L’organisation souligne également que la réduction des flux de gaz russe vers l’Europe du Nord a découplé les prix sur les marchés européens, ce qui a conduit Mibgas à proposer des prix plus avantageux à partir de mars 2022, car elle est moins dépendante du gaz russe et dispose d’une capacité dans les usines de regazéification espagnoles.

UN PRIX INFÉRIEUR AU PRIX INDIQUÉ DANS LE TTF

En moyenne, le prix du produit J+1 sur Mibgas en 2022 était de 99 EUR par mégawattheure (MWh), soit 52 EUR/MWh de plus qu’en 2021, mais 24 EUR/MWh de moins que le prix moyen sur le marché de référence d’Europe centrale, le TTF.

A lire aussi  EDP et Corporación Masaveu affectent 40 millions d'euros à la conversion au gaz de la centrale thermique des Asturies

Le marché espagnol n’a pas atteint les objectifs de liquidité fixés par l’Agence des régulateurs européens (ACER) en termes de volume du carnet d’offres, de spread, de transactions et de sensibilité, « mais sa structure de marché est compétitive en fonction du nombre de participants et de leurs parts de marché », a précisé la CNMC.

Auteur/autrice