Cepyme prévient que les chiffres de l’activité indiquent un « ralentissement », qui sera aggravé par la BCE.

« La normalisation a été confondue avec une prime pour mettre en œuvre une politique d’augmentation des coûts et des impôts pour les entreprises », dénonce-t-il.

MADRID, 21 juillet (CALPA PARIS) –

La Confédération espagnole des petites et moyennes entreprises (Cepyme) a averti ce vendredi que les chiffres d’affaires des entreprises indiquent un « ralentissement inquiétant » de l’activité et a prévenu que cette situation s’aggravera dans les prochains mois en raison du resserrement de la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE).

Selon le Cepyme dans un communiqué, les chiffres de l’activité des entreprises sont passés du reflet d’une « fausse embellie » qui résultait de sa normalisation, après la situation très compliquée vécue au cours des années 2020 et 2021, à la mise en évidence d’un « ralentissement marqué » qui s’inscrit dans la continuité d’un ralentissement significatif que l’économie enregistre depuis le second semestre 2022″.

L’organisation patronale des PME s’inquiète de la baisse enregistrée pour le deuxième mois consécutif par l’indice général du chiffre d’affaires des entreprises, qui a affiché en mai une variation annuelle de -2,7 %, en données corrigées des variations saisonnières, et de -2,5 %, en taux initial.

Cepyme a mis en évidence la dégradation du chiffre d’affaires du secteur du commerce, en lien avec la baisse des dépenses de consommation finale des ménages sur la dernière partie de l’année 2022 et le début de l’année 2023. Selon Cepyme, cela correspond à un scénario dans lequel les PME contribuent à la maîtrise de l’inflation pour ne pas perdre de clients, alors que leurs comptes sont fortement affectés par les hausses de coûts.

A lire aussi  L'Espagne réduira son déficit à moins de 3 % en 2024 et atteindra 21 millions de personnes employées, selon le FMI.

Dans le même temps, l’association patronale souligne que la situation de l’industrie est assez complexe dans un scénario où sa demande ne répond pas. Cepyme a attiré l’attention sur l’atonie du chiffre d’affaires de l’industrie et prévient qu’elle se poursuivra dans les prochains mois, comme le montrent les indicateurs avancés qui signalent que la baisse des nouvelles commandes s’accélère et que son portefeuille s’affaiblit. Pour la Confédération, ces données montrent la nécessité de soutenir fermement un secteur stratégique pour l’ensemble de l’économie.

D’autre part, l’association patronale a souligné l’amélioration des performances des services, qui ont bénéficié de l’impulsion donnée par le tourisme international, bien que la trajectoire de croissance de leur chiffre d’affaires marque un net ralentissement dans un contexte d’augmentation significative des coûts.

MAÎTRISER LES COÛTS ET S’ORIENTER VERS DES RÉFORMES ET UNE MEILLEURE FISCALITÉ

Cependant, Cepyme a averti que les comptes d’entreprises ne peuvent pas être utilisés comme un « alibi » pour taxer davantage les entreprises, augmentant ainsi leurs coûts, alors que le cadre réglementaire a continué à devenir plus complexe et préjudiciable à l’activité.

Par conséquent, dans des scénarios tels que celui en cours, le Cepyme a souligné que le meilleur stimulus est constitué par les réformes structurelles qui stimulent la croissance potentielle et profitent à la croissance des entreprises.

Auteur/autrice