Clôture de la réunion « historique » des ministres de l’économie de l’UE et de l’Amérique latine à Santiago

Calviño a coïncidé dans la ville avec trois autres candidats à la présidence de la Banque européenne d’investissement.

SANTIAGO DE COMPOSTELA, 16 sept. (CALPA PARIS) –

Vendredi et samedi, Saint-Jacques-de-Compostelle a accueilli la réunion informelle des ministres de l’économie et des finances (Ecofin) de l’Union européenne, à laquelle ont participé les ministres de 60 pays, tant de l’UE que, pour la première fois, des pays d’Amérique latine et des Caraïbes.

L’Espagne assure la présidence tournante de l’UE ce semestre et, à ce titre, la première vice-présidente et ministre par intérim des Affaires économiques et de la Transformation numérique, Nadia Calviño, s’est efforcée de rapprocher les positions sur certaines des questions les plus importantes avant la fin de l’année, telles que la réforme des règles fiscales ou la gouvernance pour déployer les investissements en Amérique latine et dans les Caraïbes.

À l’occasion de cette réunion « historique », selon M. Calviño, quelque 1 600 personnes se sont rassemblées à Saint-Jacques-de-Compostelle pour suivre les réunions et les rendez-vous organisés cette semaine par l’Ecofin. Une centaine de délégations de différents pays, des gouverneurs des deux parties du monde ainsi que des représentants de banques multilatérales et des principales institutions financières internationales ont traversé la ville.

L’Espagne assure la présidence tournante de l’UE ce semestre et, à ce titre, la première vice-présidente et ministre par intérim des Affaires économiques et de la Transformation numérique, Nadia Calviño, a pour objectif de clore certaines des questions les plus pertinentes avant la fin de l’année, compte tenu de la proximité des élections européennes.

L’un des principaux points abordés a été la réforme des règles fiscales européennes. Mme Calviño a souligné le « fort engagement » de tous les partenaires européens à rechercher un consensus sur cette question.

Selon le chef de l’économie par intérim du gouvernement, la réunion de ce samedi a été  » très fructueuse « , ce qui signifie qu’au cours des prochaines semaines, des progrès commenceront à être réalisés à différents niveaux afin de parvenir à un éventuel accord sur la table lors de la réunion de l’Ecofin au mois d’octobre.

A lire aussi  CaixaBank et la Fundación La Caja de Canarias soutiennent trois projets environnementaux aux îles Canaries à hauteur de 30 000 euros

En vue de cette réunion, M. Calviño a assuré qu’il existe une  » unanimité  » de la part des 27 quant à la nécessité d’intensifier le travail au cours des prochaines semaines afin de parvenir à un consensus. « Ils se sont tous montrés ouverts à passer à la phase de négociation politique », a souligné le vice-président.

Le commissaire européen chargé du commerce, Valdis Dombrovskis, a souligné « l’ambition » de la Présidence espagnole de parvenir à un accord sur les règles fiscales avant la fin de l’année. « C’est peut-être un grand défi, mais la présidence espagnole est très engagée », a déclaré le commissaire, après avoir assuré que la Commission continuerait à soutenir la présidence espagnole dans ses efforts.

Saluant « l’ambition » de la présidence espagnole de parvenir à un accord avant la fin de l’année, il a déclaré qu’il était favorable à l’idée de voir comment « des progrès peuvent être réalisés » dans ce que les dirigeants européens appellent déjà « le chemin de Saint-Jacques ou la voie fiscale ».

M. Calviño a déjà considéré le Chemin de Saint-Jacques comme un « élément très positif » et a souligné qu’il avait servi de « nombreuses métaphores » aux participants de l’Ecofin. « Je suis sûr que tout le monde va revenir. Allez-vous revenir ? », a-t-elle demandé, ce à quoi M. Dombrovskis a répondu par l’affirmative.

NOUVEAU MÉCANISME DE GOUVERNANCE POUR L’INVESTISSEMENT EN AMÉRIQUE LATINE

La première réunion entre les ministres des finances de l’Union européenne et de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC) a eu lieu vendredi et a convenu d’un nouveau mécanisme de gouvernance pour déployer avec succès les investissements dans la transformation verte, numérique et sociale de l’Amérique latine et des Caraïbes.

A lire aussi  Almirall réduit son bénéfice net de 56 % au premier semestre, mais augmente ses ventes de 7 % et maintient ses prévisions

Cette réunion historique a rassemblé 60 pays représentant 14 % de la population mondiale et 21 % du PIB mondial, ainsi que les projets convenus dans le cadre du programme d’investissement de la passerelle mondiale annoncé lors du sommet des dirigeants de l’UE et de la CELAC en juillet, qui mobilise un investissement public-privé de plus de 45 milliards d’euros, en vue de renforcer le partenariat avec l’Amérique latine et les Caraïbes.

Le nouveau mécanisme de suivi convenu lors de la réunion comprend des réunions trimestrielles pour partager les bonnes pratiques et envisager les prochaines étapes de l’élargissement de l’Agenda pour l’investissement. La première de ces réunions aura lieu à Bruxelles au premier trimestre 2024.

La Commission européenne collectera et mettra à jour les informations pertinentes sur chaque projet et maintiendra une base de données complète et actualisée. Des institutions telles que la CAF-Banque de développement d’Amérique latine, la Banque interaméricaine de développement (BID) et la Banque européenne d’investissement (BEI) soutiendront la Commission européenne dans cette tâche.

En effet, le président de la CAF – Banque de développement d’Amérique latine – Sergio Díaz-Granados, a insisté sur la nécessité de préserver un espace tous les deux ans et de vérifier l’avancement de cet accord d’investissement de 45 milliards, à exécuter d’ici 2027. « Ce ne sera pas facile et il faudra beaucoup de coordination », a-t-il reconnu.

Ainsi, des sommets de haut niveau UE-CELAC seront organisés tous les deux ans afin de partager les meilleures pratiques et d’envisager les prochaines étapes pour développer le programme d’investissement. La première de ces réunions aura lieu à Bruxelles au premier trimestre 2024.

PRESENCE A SANTIAGO DES CANDIDATS A LA PRESIDENCE DE LA BEI

La réunion économique de Santiago a été marquée par la course à la présidence de la Banque européenne d’investissement, poste auquel aspire Nadia Calviño et dont le ministre belge a rendu compte en tant que président tournant du Conseil des gouverneurs de la BEI.

A lire aussi  L'Algérie, les États-Unis et la Russie, principaux fournisseurs de gaz naturel de l'Espagne au premier semestre de l'année

L’une des surprises de la réunion a été la présence dans la ville de trois autres candidats au poste. L’ancienne vice-présidente exécutive de la Commission européenne chargée de la concurrence, la libérale danoise Margrethe Vestager, a ouvertement reconnu que sa présence à Santiago visait à rapprocher sa candidature à la présidence de la BEI. En effet, dans des déclarations aux médias, elle a assuré qu’elle « avait déjà des soutiens », sans toutefois préciser de quels pays il s’agissait.

Outre Mme Vestager, deux autres rivaux de Mme Calviño se sont également installés à Santiago : l’ancien ministre italien des Finances de Mario Draghi, Daniele Franco, et la Polonaise Teresa Czerwinska, qui occupe actuellement la vice-présidence de la BEI.

La décision d’élire le prochain président de la BEI relève du président du conseil des gouverneurs de la Banque, qui est actuellement le ministre belge des finances. Il n’existe pas de procédure écrite, si ce n’est qu’un nouveau président doit être élu avant la fin du mandat du président actuel, à la fin de cette année.

Le candidat élu devra recueillir le soutien de 68 % du capital de la banque et d’au moins 18 États membres. La part de chaque État membre est répartie en fonction de son poids économique dans l’UE, exprimé en PIB lors de son entrée dans l’Union – l’Espagne contribue à hauteur de 9,66 % -, ce qui rend indispensable le soutien des trois principales puissances économiques de l’UE, à savoir l’Allemagne, la France et l’Italie.

Depuis sa création en 1958, la Banque a eu 7 présidents, tous des hommes et aucun espagnol. Nadia Calviño deviendra ainsi la première femme présidente de la BEI,  » une étape importante pour l’institution et pour l’Espagne « , selon le gouvernement actuel.

Auteur/autrice