François Derbaix (Indexa Capital) : « Oubliez les hauts et les bas du marché, tenez-vous en à votre plan à long terme ».

MADRID, 15 oct. (CALPA PARIS) –

François Derbaix, l’un des fondateurs et dirigeants d’Indexa Capital, a affirmé dans une interview accordée à Europa Press que son modèle d’entreprise est basé sur la diversification à long terme et les faibles coûts et, dans le même ordre d’idées, a exhorté les investisseurs à « oublier les hauts et les bas du marché et à conserver le plan à long terme ».

Indexa, qui se présente comme un gestionnaire automatisé avec quelque 1,8 milliard d’euros sous gestion et 67 000 clients depuis sa création en 2015, se vante de ses portefeuilles mondialement diversifiés de fonds indiciels et de plans de pension qui, selon l’entreprise, offrent des frais 88 % moins élevés que ceux des banques.

Dans cette optique de valorisation des paris à long terme – « oubliez les hauts et les bas à court terme, oubliez la pression que vous pourriez subir à cause de tout le bruit du marché, restez investi à long terme » – Derbaix s’en prend au secteur de la gestion active, qui « vit en ayant des visions ou en essayant de prédire ce que le marché va faire ».

« Le secteur de la gestion active est un jeu à somme nulle qui, en moyenne, va faire ce que le marché va faire. Certains un peu plus, d’autres un peu moins. Mais ils ont tous des coûts très élevés qui les rendent, en moyenne, moins performants que le marché », a ajouté le dirigeant d’Indexa.

D’où le projet d’Indexa : « Nous disons que nous allons vous donner un meilleur rendement et un meilleur rapport risque-rendement parce que nous allons diversifier davantage et réduire les coûts ».

A lire aussi  Le PIB a augmenté de 0,4 % au deuxième trimestre, soit un dixième de point de pourcentage de moins, et a ralenti sa croissance en glissement annuel à 1,8 %.

Cependant, Derbaix insiste sur l’importance d’étudier le profil des clients afin de les affecter à la gamme appropriée de portefeuille et de risque, qui peut aller du niveau 1 (moins de risque) à 10 (plus de risque, avec jusqu’à 90% du capital investi en actions).

Une fois le client entré, Indexa prend en charge le capital : « nous investissons automatiquement ce que le client envoie sur son compte, nous désinvestissons automatiquement ce qu’il veut retirer et, en cours de route, nous vérifions chaque jour le portefeuille et le réactivons si nécessaire ».

Il a également plaidé en faveur du modèle d’automatisation, de l’indexation et de la distribution numérique parce qu’ils permettent d’économiser, respectivement, les coûts dérivés du travail manuel, de la gestion active qui implique un volume élevé de transactions et du réseau de distribution classique par le biais de bureaux, de succursales et de conseillers, ce qui se traduit par des commissions plus élevées ou plus faibles pour le client.

« Chez Indexa, nous avons opté pour une proposition de produits en ligne, où le bouche à oreille fonctionne : il n’y a pas de vendeurs, nous n’appelons pas les clients, nous ne poussons pas, nous ne payons pas d’intermédiaires ; nous visons donc les commissions les plus basses possibles et ce sont les clients qui nous recommandent et c’est ce qui nous permet de nous développer autant », explique M. Derbaix.

Le client moyen d’Indexa a 39 ans, est un homme (bien que sa part soit passée de 80 % à 70 %) et est réparti sur l’ensemble du territoire espagnol, avec environ 4 000 municipalités, soit près de la moitié du total du pays.

A lire aussi  Le bénéfice d'Endesa a baissé de 4 % pour atteindre 879 millions d'euros au premier semestre, en raison d'une diminution des éléments extraordinaires.

En outre, souligne M. Derbaix, il s’agit d’un client qui a vraiment compris l’idée d’Indexa d’une gestion à long terme et de la tranquillité d’esprit qu’elle requiert pour éviter la rapidité du marché, car en moyenne, chaque client n’effectue qu’une seule consultation par an auprès de l’entreprise.

D’autre part, le gestionnaire précise que, malgré le modèle de gestion à long terme, les investissements sont liquides, c’est-à-dire que le client peut retirer l’argent quand il le souhaite et, de plus, « il n’y a pas de frais d’entrée ou de sortie », dans la mesure où « en moyenne, le client démarre chez Indexa avec 10.000 euros et verse ensuite plus ou moins 500 par mois » – même si l’investissement minimum est de 3.000 euros.

Ces deux points sont frappants étant donné que la plupart du secteur conçoit ses véhicules de manière illiquide (le capital est engagé et ne peut être retiré avant plusieurs années) et que le capital d’entrée dans les fonds est généralement d’environ 100 000 euros – donc réservé aux personnes fortunées – bien qu’il y ait eu il y a quelques mois une modification légale qui a abaissé la limite d’entrée à 10 000 euros pour certains fonds dans le but de les démocratiser et de les rendre plus accessibles.

Selon les données publiées sur le site web du gestionnaire de fonds à la mi-octobre et pour un investissement de 10 000 à 100 000 euros, le portefeuille avec un risque de niveau 2 (sur 10) a accumulé un rendement net cumulé de 2,7 % ; le portefeuille de niveau 6 a un rendement net cumulé de 29 % et le portefeuille de niveau 10 – le risque le plus élevé – un rendement de 53,6 %.

A lire aussi  Les ventes au détail augmentent de 14,5 % en 2022, pour atteindre 45 734 millions d'euros

L’entreprise a fait ses débuts en juillet dernier dans BME Growth, le segment boursier des PME espagnoles, avec une évaluation de près de 150 millions d’euros parce que l’accès aux marchés « offrira l’opportunité de financer de nouveaux projets, tant organiques qu’inorganiques », a déclaré un autre dirigeant d’Indexa, Unai Asenjo.

Depuis lors, le cours de l’action Indexa a chuté d’environ 17 % pour atteindre 10,6 euros par action, même si, comme l’a déclaré Ansejo le jour de l’entrée en bourse : « Toutes les décisions que nous prenons sont prises en privilégiant le long terme par rapport au court terme, y compris la décision de sortir aujourd’hui de BME Growth ».

Auteur/autrice