Garamendi (CEOE) considère que le débat sur les bénéfices des entreprises est « purement électoral ».

MADRID, 23 mai (CALPA PARIS) –

Le président de la Confédération espagnole des organisations d’entreprises (CEOE), Antonio Garamendi, a déclaré mardi que le débat sur la question de savoir si les entreprises espagnoles gagnent trop ou pas assez est « purement électoral ».

« Je comprends que ces débats commencent à être sincèrement démagogiques et qu’ils ne mènent à rien. Je souhaite que les entreprises espagnoles gagnent beaucoup plus parce que plus elles gagneraient, plus il y aurait d’emplois, meilleure serait la qualité de l’emploi et meilleur serait l’avenir de l’Espagne », a souligné M. Garamendi dans des déclarations à la presse lors de sa rencontre avec le président-directeur général de Siemens Espagne, Agustín Escobar.

Interrogé sur les affirmations de Bruxelles dans son rapport prévisionnel de printemps selon lesquelles les entreprises espagnoles ont profité de l’inflation pour gagner plus d’argent, le dirigeant de l’association patronale a assuré que « le premier à profiter de l’inflation est l’État », avec plus de 33.000 millions d’euros.

« Les entreprises doivent gagner de l’argent pour investir, créer de l’emploi, générer de la technologie et gagner l’avenir », a déclaré le président de l’association patronale espagnole.

Auteur/autrice

A lire aussi  Telefónica ajoute trois nouvelles séries NFT à son catalogue de plates-formes