Héctor Gómez s’attend à ce que l’accord avec le Mercosur soit signé dans les six prochains mois.

Il assure qu’aucun accord commercial « n’aura de conséquences négatives pour la production espagnole ou valencienne ».

VALÈNCIA, 20 (CALPA PARIS)

Le ministre de l’Industrie, du Commerce et du Tourisme par intérim, Héctor Gómez, a expliqué qu’il espérait que ce semestre, dans le cadre de la Présidence espagnole du Conseil de l’UE,  » les principales divergences  » puissent être comblées et  » les bases jetées  » pour l’accord commercial du Mercosur, mais que la signature aurait lieu au cours du prochain semestre.

« Nous continuons à être optimistes, mais nous sommes conscients qu’il faudra probablement attendre les six prochains mois pour que le Mercosur soit définitivement signé « , a-t-il expliqué dans des déclarations aux médias, avant de participer à la réunion informelle des ministres du Commerce à Valence sous la présidence de l’UE, au cours de laquelle les chefs d’État et de gouvernement des 27 États membres ont ensuite discuté des accords commerciaux avec l’Amérique latine, en particulier avec le Chili, le Mexique et le Mercosur.

Concernant ce dernier, il a souligné qu’il s’agit d’un  » objectif prioritaire  » pour la Présidence espagnole du Conseil de l’Union européenne  » de travailler sur l’instrument additionnel et de jeter les bases pour bien le définir et, après 20 ans, lui donner l’impulsion définitive  » qui lui permettra  » de devenir une réalité au cours de la prochaine présidence « .

Il a expliqué que des réunions bilatérales ont eu lieu avec le secrétaire d’État au Commerce et qu’une « communication permanente » a été établie entre la Présidence espagnole et les pays. Après cela, il pense que « les conditions sont réunies pour conclure l’accord ».

A lire aussi  Rovi versera un dividende brut de 1,29 euro par action le 5 juillet

Héctor Gómez a indiqué qu’il est conscient qu’il existe des « considérations différentes » de la part des pays européens concernant l’accord et qu’ils « essaient de trouver un terrain d’entente entre les différences déjà connues », et bien que « conscient des difficultés qui ont existé jusqu’à présent, il pense que « le moment est venu de faire des progrès définitifs sur le Mercosur ».

LA FRANCE DEMANDE DU TEMPS

Toujours à son arrivée à la réunion de Valence et avant le débat sur cette question, le ministre français du Commerce extérieur, de l’Europe et des Affaires étrangères, Olivier Becht, a souligné la nécessité de trouver des accords « justes et équilibrés » avec les pays du Mercosur, raison pour laquelle il a préconisé de « prendre le temps » d’en discuter.

M. Becht a souligné l’importance que son pays accorde aux questions environnementales dans cet accord et a défendu le fait que le pacte s’inscrit dans la « nouvelle approche » de la Commission européenne.

Quelques heures plus tard, après le débat sur les accords commerciaux avec l’Amérique latine, la secrétaire d’État au commerce, Xiana Méndez, a semblé rapporter les propos des responsables européens du commerce.

La secrétaire d’État a expliqué que, pour l’UE, la ligne rouge est de « rouvrir l’accord » clôturé en 2019, ce pour quoi il n’y a aucune volonté de part et d’autre, et que les efforts consistent à « clarifier » l’instrument additionnel, avec « des questions supplémentaires à discuter » dans le chapitre sur la durabilité environnementale et sociale, telles que la déforestation.

Interrogé sur l’avertissement du président du Paraguay, Santiago Peña, selon lequel le bloc du Cône Sud abandonnera les négociations s’il n’y a pas de pacte d’ici le 6 décembre, M. Méndez a indiqué que le temps nécessaire dépendra de l’efficacité des négociations », et a souligné que des réunions ont lieu toutes les semaines en personne et par vidéoconférence pour des propositions concrètes. Cela prendra « le temps qu’il faudra, des semaines ou des mois », a-t-il déclaré.

A lire aussi  Sumar répond à Calviño que l'obligation hypothécaire de 1 000 euros est "pour les gens", pas pour les banques.

Il a précisé que « la définition des priorités et des lignes rouges » avec le Mercosur « est une tâche qui s’effectue toujours dans les phases finales des négociations » et n’exclut pas que « cela puisse se faire en peu de temps ».

M. Méndez a souligné que les pays du Mercosur « croient en cet accord » et partagent ses objectifs, et que « le message de précipiter tout ce qui reste jusqu’en décembre est tout à fait logique », car « en ce moment même, ils travaillent déjà avec des documents concrets » et « ce serait un résultat possible ».

ACCORDS AVEC LE MEXIQUE ET LE CHILI

Les accords commerciaux avec le Chili et le Mexique ont également été abordés au cours de la journée. Avant les discussions, le ministre a indiqué que les négociations seront poursuivies en vue de la signature de l’accord commercial avec le Mexique, précisant qu’il est « pratiquement clos » en attendant la résolution de certaines considérations. Il a indiqué qu’il était en contact avec le pays pour savoir quels aspects spécifiques devaient être améliorés pour que l’accord soit signé. « Il y a certains détails qui restent à finaliser et que nous attendons que le Mexique aborde avec nous », a-t-il déclaré.

En ce qui concerne le Chili, il estime que « ce semestre, cela pourrait devenir une réalité » car « les conditions sont réunies ». Interrogé par les médias sur l’impact possible des exportations sur la citriculture valencienne, M. Gómez a souligné qu' »en aucun cas les accords commerciaux en cours d’élaboration n’auront de conséquences négatives sur la production en Espagne ou dans cette région autonome ».

« Ce que nous sommes en train de structurer, ce sont des accords d’une grande portée pour l’ensemble de l’Union européenne. Nous sommes parfaitement conscients du potentiel de notre pays, et en aucun cas cela n’aura, disons, cette dérive de conséquences négatives », a-t-il insisté.

A lire aussi  La transition écologique alloue 10,8 millions d'euros à 20 entreprises pour la modernisation de leur flotte

La secrétaire d’Etat a ajouté que ces accords sont en phase finale. Elle a également expliqué que les Etats ont discuté d’autres accords à Valence, tels que ceux avec l’Inde, l’Australie, le Kenya, les Philippines, la Thaïlande et l’Indonésie.

ACCORD AVEC LES ÉTATS-UNIS

A la question de savoir s’il est préoccupé par le fait que l’accord entre les Etats-Unis et l’Europe sur l’acier et l’aluminium n’a pas été conclu, Héctor Gómez a maintenu qu’il reste « optimiste » mais a reconnu qu’il « aurait aimé parvenir à cet accord le plus tôt possible ».

À cet égard, il a expliqué qu’il s’était entretenu avec le secrétaire d’État américain au commerce et qu’une réunion aurait lieu prochainement. « Nous sommes conscients des différences, mais nous sommes également conscients du désir de rapprocher les positions et de parvenir à un accord », a-t-il ajouté.

Le ministre a indiqué qu’au cours de la réunion qui se tiendra à Valence, l’accord commercial avec l’Inde, les tensions géopolitiques actuelles et les aspects de la sécurité économique seront également abordés, le tout dans le but de réindustrialiser l’Europe.

Auteur/autrice