JPMorgan licencie 1 000 employés de la First Republic Bank un mois après son rachat

MADRID, 26 mai (CALPA PARIS) –

JPMorgan Chase va licencier un millier de salariés de l’ancienne First Republic Bank, qui a dû faire l’objet d’une intervention des autorités américaines à la fin du mois d’avril et dont la plus grande banque américaine a acquis les actifs le 1er mai.

Les suppressions d’emplois, qui concerneraient environ 15 % des effectifs de la banque régionale, soit quelque 7 000 employés, auraient été notifiées jeudi.

Un porte-parole de la banque a confirmé les suppressions d’emplois à la BBC, mais a refusé de confirmer le nombre d’employés concernés, ajoutant que les personnes concernées recevront 60 jours de salaire et d’avantages sociaux, ainsi qu’une indemnité de départ.

« Depuis notre acquisition de First Republic le 1er mai, nous avons été transparents avec ses employés et avons tenu notre promesse de les informer de leur statut dans les 30 jours », a déclaré un porte-parole de JP Morgan.

Fin avril, face aux difficultés de la banque face aux tensions affectant les banques régionales américaines, First Republic Bank avait annoncé un ajustement de ses effectifs qui se traduirait par le départ d’environ 25% de ses salariés.

Le 1er mai, les régulateurs américains ont annoncé le rachat par JPMorgan des actifs de la First Republic Bank suite à son intervention et à sa fermeture « pour protéger les déposants », dont les 84 agences de la banque régionale.

Cette semaine, First Citizens Bancshares a licencié environ 500 anciens employés de la Silicon Valley Bank (SVB), deux mois seulement après l’acquisition de la banque californienne en faillite, qui est devenue la première victime de la tourmente qui a secoué les banques régionales américaines en mars.

A lire aussi  Le taux d'épargne des ménages atteint 20 % au deuxième trimestre, son niveau le plus élevé depuis deux ans

First Citizens Bank a conclu un accord avec la Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC) le 27 mars pour acquérir les actifs de Silicon Valley Bridge Bank, la banque relais créée après l’effondrement de SVB, avec une décote de 16,5 milliards de dollars (15,035 milliards d’euros).

Auteur/autrice