La BCE « ne restera pas inactive » si les hausses de salaires et de marges alimentent l’inflation

MADRID, 7 juil. (CALPA PARIS) –

La présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde, a prévenu que l’institution « ne restera pas inactive » si elle constate une hausse « simultanée » des marges des entreprises et des salaires qui menace la stabilité des prix.

Dans une interview accordée à « La Provence », la présidente de la BCE souligne que la récente période de forte inflation ne s’est pas accompagnée d’une réduction des marges bénéficiaires des entreprises, qui ont même augmenté dans certains cas, alors que, dans le même temps, les salaires ont également augmenté plus que prévu.

Dans le contexte actuel, pour Mme Lagarde, il est important de savoir si les entreprises réduiront légèrement leurs marges pour répondre aux attentes salariales plus élevées de leurs employés, ce qui s’est généralement produit lors des épisodes précédents de forte inflation, ou s’il y aura « une double augmentation » : des marges et des salaires.

« Une augmentation simultanée des deux alimenterait les risques d’inflation, et nous ne resterions pas inactifs face à de tels risques », a-t-elle souligné.

Dans ce sens, Mme Lagarde rappelle que, malgré la récente modération, l’inflation reste supérieure à l’objectif à moyen terme de 2 % et, selon les projections, le restera en 2024 et 2025, de sorte que la BCE a encore du travail à faire pour la réduire et atteindre son objectif.

« Elle a commencé à diminuer, passant de deux chiffres au début de l’automne 2022 à la moitié aujourd’hui, à 5,5% en juin (…) Cela est dû notamment à la baisse des prix des matières premières et de l’énergie, et je pense aussi à l’impact initial de nos décisions de politique monétaire sur les prix », a-t-il ajouté.

A lire aussi  Mercadona investit cette année 17,5 millions d'euros dans l'expansion et l'amélioration de son réseau de magasins à Séville.

Auteur/autrice