La Castille-La Manche abroge les exigences relatives aux abattoirs en raison du déclin de la surveillance de la clavelée et de la variole caprine

TOLEDO, 18 août (CALPA PARIS) –

La Direction générale de l’agriculture et de l’élevage a abrogé les conditions que doivent remplir les abattoirs agréés pour pouvoir recevoir des ovins et des caprins provenant d’établissements situés dans la zone de protection et de surveillance causée par les foyers de variole ovine et caprine (OCP) en Castille-La Manche.

C’est ce qui ressort de la résolution de la direction générale publiée ce vendredi au Journal officiel de Castille-La Manche et recueillie par Europa Press, qui explique que ces zones de protection et de surveillance n’existant plus, ces restrictions n’étaient pas nécessaires et n’avaient pas de raison d’être.

Cette résolution, qui ne met pas fin à la procédure administrative, peut faire l’objet d’un recours auprès du responsable du ministère régional de l’agriculture, de l’élevage et du développement rural, dans un délai d’un mois.

Conformément aux dispositions de l’article 14 de la loi 39/2015, du 1er octobre, l’introduction de tout recours peut se faire par voie électronique, sauf s’il existe une obligation de se mettre en relation avec les administrations publiques par voie électronique -comme les personnes morales, les entités sans personnalité et les personnes physiques représentant ce qui précède-, à travers le siège électronique de la Junta de Comunidades de Castilla-La Mancha (www.jccm.es).

Auteur/autrice

A lire aussi  L'Ibex 35 atteint 9 400 points après une ouverture en hausse de plus de 0,6 %.