La saison des fleurs coupées de la Toussaint « écrasée » par les hausses de prix

MADRID/VALENCIA, 1 novembre (CALPA PARIS) –

La campagne de fleurs coupées de la Toussaint a été « comprimée » par une hausse des coûts de production, alors que le secteur enregistrait déjà une croissance des ventes, visiblement supérieure à celle des deux années précédentes, paralysées par la pandémie.

Paco Montañana, membre de l’Asfplant pour les fleurs coupées et gérant de Flores Montañana, l’a commenté dans des déclarations à Europa Press, soulignant l’augmentation de 20 % des coûts de production, des intrants aux engrais, en passant par le diesel et l’électricité pour les entrepôts frigorifiques.

Ces augmentations ont finalement dû être répercutées sur le produit final. Ainsi, cette année, les clients ont dû payer leurs compositions florales pour le 1er novembre entre 15 et 20 % plus cher, en raison de l’inflation et de l’augmentation des prix.

En ce sens, ce grossiste en fleurs estime que la clientèle a également perdu du pouvoir d’achat en raison de la situation économique. « La majorité de nos clients sont des personnes âgées ou des jeunes qui ont un budget plus serré », commente Montañana, qui précise que c’est la raison pour laquelle de nombreux fleuristes ont ajusté leurs commandes dans une plus large mesure.

Néanmoins, le secteur enregistre une augmentation des ventes par rapport aux années précédentes. « Cette année, il y aura beaucoup de ventes parce que les gens veulent aller au cimetière et honorer leurs morts », a déclaré Paco Montañana, membre d’Asfplant fleurs coupées et gérant de Flores Montañana, qui a vu ses ventes augmenter de 25 % par rapport à l’année dernière.

En prévision des prochains mois d’hiver, Paco Montañana a prévenu qu’il devait faire face à des prix « inabordables », notamment en ce qui concerne les coûts du diesel et de l’électricité, ce qui pourrait signifier qu’il ne sera plus en mesure de produire des plantes en hiver.

« LA CHALEUR A FAIT AVANCER ET PERDRE BEAUCOUP DE FLEURS ».

Les températures élevées enregistrées cet été et cet automne ont eu pour conséquence que de nombreuses fleurs souvent utilisées pour ces dates ont été avancées et que certaines variétés ont même été perdues en raison de la chaleur.

A lire aussi  Maersk gagne quatre fois moins d'argent pour l'année se terminant en juin et met en garde contre une correction commerciale plus longue

Montañana a rappelé que les fleurs sont un produit « très délicat et périssable » qui doit être traité avec le plus grand soin « pour qu’il parvienne au consommateur en bon état », a-t-il commenté.

Valence, Murcie et Chipiona (Cadix) sont les régions qui fournissent près de 80 % de la production de fleurs coupées pour cette saison et qui sont les plus fortes pour le secteur de la fleuristerie en termes de volume de ventes.

Dans la production valencienne, les roses, les chrysanthèmes, les verveines et les marguerites se distinguent, mais à cette époque de l’année, on trouve également sur le marché des fleurs de Colombie, des Pays-Bas et beaucoup de fleurs tropicales du Kenya, d’Afrique du Sud et de Nouvelle-Zélande.

En raison des températures élevées, certaines variétés de fleurs ont été plus endommagées cet été, comme les anastases et les uniflores, qui sont celles qui « demandent plus de travail dans les champs et celles qui ont le plus souffert de la chaleur », bien que le reste des fleurs ait pu maintenir sa production.

« Les agriculteurs valenciens sont experts en matière d’acclimatation et savent quand planter, combien de temps va durer la plantation et où nous devons nous rendre », a commenté Antoñana, qui a admis que les conséquences du changement climatique sont déjà « totales » et que, pour cette raison, ils devront envisager de retarder la plantation d’une semaine, ce qui les inquiète car, dans certains cas, cela pourrait signifier ne pas atteindre la campagne du 1er novembre.

C’est pourquoi, dans ce secteur, ils travaillent avec des mois de planification afin de pouvoir arriver à temps. « Nous commençons à voir ce qui sera planté l’année prochaine, puis nous commençons à planter en août ou en juillet, selon le type de plante, et nous devons le planter avec suffisamment de marge pour qu’il arrive à la saison actuelle, en octobre et novembre », a expliqué le directeur de Flores Montañana.

A lire aussi  Les ventes de services de restauration augmentent de 13 % au premier trimestre en raison de l'inflation

Auteur/autrice