L’activité privée dans la zone euro s’est détériorée en octobre, alimentant les craintes de récession, selon les rapports PMI

MADRID, 24 oct. (CALPA PARIS) –

L’activité du secteur privé de la zone euro s’est encore détériorée en octobre, selon l’indice composite des directeurs d’achat (PMI), qui est tombé à 46,5 points contre 47,2 le mois précédent, son plus bas niveau depuis 35 mois, laissant la porte ouverte à une récession dans la région au second semestre 2023, selon les données de S&P Global et de la Hamburg Commercial Bank.

La dégradation de l’indice PMI composite de la zone euro en octobre reflète une performance plus faible dans le secteur des services, l’indice d’activité tombant à un plus bas de 32 mois de 47,8 points contre 48,7 en septembre, tandis que l’indice PMI manufacturier est tombé à un plus bas de 3 mois de 43,4 points contre 43,4 le mois précédent.

Ainsi, l’accélération du déclin de l’activité économique reflétée dans les résultats préliminaires du PMI représente le niveau le plus bas depuis les premiers mois de la pandémie en raison de la nouvelle baisse des nouvelles commandes résultant de la détérioration de l’environnement de la demande à la fois pour les produits et les services, ce qui a conduit les entreprises à réduire l’emploi, « entraînant la première baisse des effectifs depuis les confinements du début de 2021 ».

« Dans la zone euro, les choses vont de mal en pis », commente Cyrus de la Rubia, économiste en chef à la Hamburg Commercial Bank, pour qui les lectures PMI indiquent un nouveau trimestre faible. « Nous ne serions pas surpris de voir une légère récession dans la zone euro au deuxième trimestre.
semestre de cette année », prévient-il.

A lire aussi  Renfe investira plus de 30 millions d'euros en 2023 pour dynamiser sa zone industrielle

D’autre part, la réduction de la demande a contribué à l’amélioration des délais de livraison des fournisseurs pour le neuvième mois consécutif, atténuant ainsi les pressions sur les prix dans la chaîne d’approvisionnement, malgré la hausse des prix du pétrole.

Ainsi, le coût moyen des prix payés dans le secteur industriel a fortement baissé en octobre, l’offre étant supérieure à la demande, tandis que le coût des intrants dans le secteur des services a augmenté à un rythme un peu plus lent qu’en septembre.

De leur côté, les prix moyens facturés pour les biens et services ont augmenté à un rythme légèrement plus faible en octobre et le taux d’inflation a ralenti pour atteindre son plus bas niveau depuis février 2021.

En ce qui concerne l’avenir, les entreprises de la zone euro ont indiqué une légère amélioration de leur confiance concernant les niveaux de production et d’activité au cours des douze prochains mois, bien que le niveau global d’optimisme soit resté parmi les plus faibles de l’année dernière.

Auteur/autrice