L’AIE prévoit une demande mondiale de pétrole record de 102 millions de barils par jour en 2023

La Russie a augmenté ses exportations de brut à un nouveau record depuis l’invasion de l’Ukraine

MADRID, le 16 mai (CALPA PARIS) –

La demande mondiale de pétrole atteindra un nouveau record de 102 millions de barils par jour (mb/j) en 2023, selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), qui a revu sa précédente projection à la hausse de 200 000 barils par jour.

L’agence rattachée à l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) s’attend ainsi à ce que la consommation mondiale de pétrole augmente de 2,2 millions de barils par jour par rapport à 2021.

« La reprise de la demande chinoise continue de dépasser les attentes », note l’AIE, après le record historique de la consommation chinoise de 16 mb/j en mars dernier, tout en prévenant que malgré le retour à la croissance prévu par l’OCDE au deuxième trimestre, l’augmentation moyenne de 350 000 barils par jour en 2023 « fait pâle figure » face aux 1,9 mb/j estimés en dehors de l’OCDE.

Du côté de l’offre de pétrole, le rapport de l’AIE note que les interruptions en Irak, au Nigeria et au Brésil n’ont été que partiellement compensées par des augmentations ailleurs, ce qui a entraîné une réduction de l’offre mondiale de 230 000 barils pour atteindre 101,1 mb/j en avril.

À cet égard, des pertes plus prononcées sont attendues en mai, les problèmes au Canada étant aggravés par l’entrée en vigueur de réductions supplémentaires de la part de certains producteurs de l’OPEP+.

Ainsi, l’AIE s’attend à ce que l’offre de pétrole de l’OPEP+ diminue de 850 000 barils par jour entre avril et décembre, tandis que l’offre hors OPEP+ devrait augmenter de 710 000 barils par jour. Pour l’ensemble de l’année 2023, l’offre mondiale de pétrole devrait augmenter de 1,2 mb/j, sous l’impulsion des États-Unis et du Brésil.

A lire aussi  Moira Capital investit 10 millions d'euros dans la plateforme The Wise Seeker

Séparément, l’agence note que les exportations russes ont augmenté en avril pour atteindre leur plus haut niveau depuis l’invasion de l’Ukraine, atteignant 8,3 mb/j, suite à une augmentation de 250 000 unités dans les expéditions de brut, qui a plus que compensé une baisse de 200 000 unités dans les exportations de produits.

Ainsi, l’AIE estime que les recettes d’exportation de pétrole de la Russie ont augmenté de 1,7 milliard de dollars (1,564 milliard d’euros) pour atteindre environ 15 milliards de dollars (13,798 milliards d’euros) en raison de l’augmentation des exportations de pétrole brut et d’une réduction plus faible de la remise sur le brut de l’Oural.

Auteur/autrice