L’AIE ramène la croissance de la demande mondiale d’électricité à 1,9 % en 2023

La demande d’électricité de l’UE va baisser pour la deuxième année consécutive, pour atteindre son niveau le plus bas depuis 2002

MADRID, 19 juil. (CALPA PARIS) –

La croissance de la demande mondiale d’électricité sera plus faible que prévu par l’Agence internationale de l’énergie (AIE), qui a abaissé ses prévisions de croissance de la consommation mondiale d’électricité de 2,6 % à 1,9 %, en dessous de la croissance de 2,3 % de l’année dernière et de la moyenne de 2,4 % observée entre 2015 et 2019, bien qu’elle doive reprendre de 3,3 % en 2024 en raison de l’amélioration des perspectives économiques.

« La croissance globale de la demande d’électricité dans le monde devrait ralentir en 2023, les économies avancées étant confrontées aux effets persistants de la crise énergétique mondiale et à un ralentissement économique », prévient l’AIE dans son « Rapport sur le marché de l’électricité ».

À cet égard, la demande d’électricité dans l’Union européenne devrait diminuer en 2023 pour la deuxième année consécutive, tombant à son niveau le plus bas depuis deux décennies, avec une baisse de 3 % cette année, en ligne avec la baisse observée en 2022, malgré une forte croissance de l’électrification avec un nombre record de véhicules électriques et de pompes à chaleur vendus.

« Après ces deux baisses consécutives, qui représentent ensemble la plus forte baisse de la demande enregistrée dans la région, la demande d’électricité de l’UE devrait retomber à des niveaux observés pour la dernière fois en 2002 », souligne l’AIE.

Le rapport souligne également que les baisses substantielles de la demande d’électricité dans les économies avancées contrastent fortement avec la croissance observée dans les économies émergentes telles que la Chine et l’Inde.

A lire aussi  Adigital élit Susana Voces (Eventim) comme nouvelle présidente en remplacement de Carina Szpilka

Ainsi, alors que le Japon devrait enregistrer une baisse de 3 % de la demande d’électricité en 2023 et de près de 2 % aux États-Unis, la demande d’électricité de la Chine devrait en revanche augmenter de 5,3 % cette année et de 5,1 % en 2024, soit un peu moins que sa moyenne de 5,4 % entre 2015 et 2019. L’Inde devrait également connaître un taux de croissance annuel moyen de 6,5 % au cours de la période considérée, dépassant la moyenne de 5,2 % entre 2015 et 2019.

Malgré l’augmentation de la demande dans de nombreuses régions, l’AIE souligne que le fort déploiement des énergies renouvelables dans le monde entier signifie qu’il est en bonne voie pour répondre à toute la croissance supplémentaire de la demande mondiale d’électricité au cours des deux prochaines années.

Ainsi, d’ici 2024, la part des énergies renouvelables dans la production mondiale d’électricité dépassera un tiers, tandis que l’électricité produite à partir de combustibles fossiles devrait diminuer au cours des deux prochaines années.

L’électricité produite à partir du pétrole devrait chuter de manière significative, tandis que la production à partir du charbon devrait diminuer légèrement en 2023 et 2024, après avoir augmenté de 1,7 % en 2022. À cet égard, en fonction des conditions météorologiques, l’AIE note que 2024 pourrait devenir la première année au cours de laquelle davantage d’électricité sera produite à partir des énergies renouvelables qu’à partir du charbon.

« Les besoins mondiaux en électricité augmenteront fortement dans les années à venir. L’augmentation globale de la demande jusqu’en 2024 devrait représenter environ trois fois la consommation actuelle d’électricité de l’Allemagne », a déclaré Keisuke Sadamori, directeur des marchés de l’énergie et de la sécurité à l’AIE.

A lire aussi  Lantania prévoit d'augmenter ses revenus de 15 % cette année pour atteindre 360 millions, après une croissance de 23 % en 2022.

« Nous sommes encouragés par le fait que les énergies renouvelables représentent une part croissante de la production d’électricité, ce qui entraîne une diminution de l’utilisation des combustibles fossiles pour la production d’électricité », a-t-il ajouté.

Autre signe que la transition énergétique se met en place, l’AIE prévoit que la production d’électricité à partir de combustibles fossiles diminuera au cours de quatre des six années comprises entre 2019 et 2024, alors que, par le passé, les baisses annuelles de la production d’électricité à partir de combustibles fossiles étaient rares et se produisaient principalement après des chocs énergétiques et financiers, tandis que, ces dernières années, l’électricité produite à partir de combustibles fossiles est restée à la traîne ou a diminué alors même que la demande d’électricité augmentait.

« Cela indique que le monde se rapproche rapidement d’un point de basculement où la production d’électricité à partir de combustibles fossiles sera de plus en plus remplacée par de l’électricité produite à partir de sources d’énergie propres », note le document.

Auteur/autrice