L’ASS affirme que l’augmentation du salaire minimum est une « priorité » afin de ne pas appauvrir les travailleurs en raison de l’augmentation de l’IPC.

MADRID, 11 août (CALPA PARIS) –

L’Union Syndicale Ouvrière (USO) a assuré que l’augmentation des salaires est la « priorité absolue » afin de ne pas continuer à appauvrir les travailleurs face à la hausse de l’inflation, qui en juillet a augmenté de deux dixièmes par rapport au mois précédent, pour atteindre 2,3%, selon les données publiées vendredi par l’Institut National de la Statistique (INE).

Dans un communiqué, le syndicat a souligné qu' »au-delà de ces fluctuations de dixièmes d’un mois à l’autre », le problème est que les hausses « les plus scandaleuses » touchent les produits les plus basiques, comme l’alimentation, ce qui explique que l’inflation subie soit « plus élevée ».

« On peut réduire les voyages et les loisirs, mais l’alimentation a augmenté depuis 2021 de 25 % en deux ans. C’est quelque chose qu’aucun ménage ne peut éviter », a dénoncé la secrétaire à la communication et à la gestion de projets de l’USO, Laura Estévez.

Mme Estévez a également prédit un mois d’août plus difficile avec une hausse des prix des carburants et de l’énergie, en raison des vagues de chaleur successives. Elle a donc demandé un salaire minimum interprofessionnel (SMI) à 60 % du salaire moyen qui « tire le reste des salaires », ainsi qu’une réduction de la journée de travail complète afin « qu’il n’y ait pas de prolifération, comme c’est le cas, du travail à temps partiel et, par conséquent, des salaires à temps partiel ».

Auteur/autrice

A lire aussi  Les ports espagnols ont traité 365 millions de tonnes jusqu'en août, soit une baisse de 4,1 %.