Le bénéfice d’Endesa a baissé de 4 % pour atteindre 879 millions d’euros au premier semestre, en raison d’une diminution des éléments extraordinaires.

Réaffirme ses objectifs pour l’ensemble de l’année

MADRID, 26 (CALPA PARIS)

Endesa a enregistré un bénéfice net de 879 millions d’euros au premier semestre, soit 4 % de moins qu’à la même période de l’année précédente, à laquelle s’ajoutent les plus-values réalisées sur la vente de 51 % de son activité de mobilité électrique à sa société mère Enel, a indiqué l’entreprise à la Commission nationale espagnole du marché des valeurs (CNMV).

En excluant les éléments extraordinaires, le bénéfice net ordinaire de l’entreprise énergétique dirigée par José Bogas aurait augmenté de 19,8 % au premier semestre par rapport à la même période en 2022.

L’excédent brut d’exploitation (Ebitda) de la compagnie d’électricité a augmenté de 13,2 % entre janvier et juin de cette année, pour atteindre 2 476 millions d’euros.

Les revenus d’Endesa au cours des six premiers mois de l’année ont chuté de 11,6% pour atteindre 13 121 millions d’euros à la fin de la période.

Endesa a donc atteint la fin du premier semestre de l’année en reconfirmant ses principaux objectifs financiers pour l’année, qui sont l’EBITDA entre 4 400-4 700 millions d’euros et le bénéfice net entre 1 400-1 500 millions d’euros, en payant un dividende par action d’environ 1 euro.

La bonne performance d’Endesa au cours de la période est basée sur la contribution positive de tous les segments de production et de commercialisation de l’entreprise, avec 473 millions d’euros dans les activités d’électricité, de gaz et de services aux clients, 214 millions d’euros dans la production conventionnelle et 180 millions d’euros supplémentaires dans les activités d’énergies renouvelables.

A lire aussi  L'Ibex commence la semaine sans bouger, ancré au niveau de 9 400, en attendant le début des rapports sur les bénéfices.

Ces résultats ont été enregistrés dans un contexte de marché où la normalisation se poursuit par rapport à l’année précédente, marquée par la crise énergétique consécutive au déclenchement de la guerre en Ukraine.

Ainsi, le prix moyen du marché ibérique de l’électricité s’est établi au cours de la période à 88 euros mégawatt/heure (MWh), soit 57 % de moins qu’au premier semestre 2022. Cette réduction est en ligne avec le prix moyen du gaz dans l’indice TTF (44,6 euros MWh, 55% de moins) et dans le benchmark PVB ibérique (42 euros MWh, 55% de moins).

En outre, au cours du premier semestre, la demande d’électricité des clients d’Endesa sur le territoire espagnol a diminué de 3,8 %, principalement en raison de la baisse de la consommation dans les secteurs des services et résidentiel.

Les investissements de l’entreprise énergétique ont augmenté de 12 % par rapport à l’année précédente au cours du premier semestre, pour atteindre 1 043 millions d’euros. Sur ce montant, 76% ont été consacrés aux piliers de la transition énergétique : les réseaux (40%) et les énergies renouvelables (36%).

Au premier semestre, Endesa disposait de 9 300 mégawatts (MW) de capacité renouvelable (hydroélectrique, solaire et éolienne) sur le territoire espagnol, soit 800 MW de plus qu’il y a un an.

Près de 81 % de la production péninsulaire du groupe énergétique au cours du premier semestre de l’année était exempte d’émissions, soit trois points de plus que l’année précédente.

En ce qui concerne son portefeuille de clients, Endesa a terminé le mois de juin avec 10,5 millions de clients d’électricité en Espagne, le même chiffre qu’à la fin du premier semestre de l’année précédente. Parmi eux, 6,9 millions sont sur le marché libre, en hausse de 5 %, et 3,7 millions sur le marché réglementé, en baisse de 5 %.

A lire aussi  La dépense moyenne par ménage atteindra 31 568 euros en 2022, soit 7,9 % de plus, et dépassera les niveaux d'avant la pandémie.

100% VENDUS CETTE ANNÉE ET 89% EN 2024 À 65 EUROS/MWH.

Par ailleurs, la société a déjà vendu 100% de sa propre production d’électricité d’ici 2023 et 89% d’ici 2024, dans les deux cas au prix de 65 euros/MWh, conformément à la réglementation en vigueur.

En ce qui concerne l’activité gaz, le volume total commercialisé a légèrement baissé de 5% à 49 TWh, en raison de la baisse de la consommation des cycles combinés et des clients (industriels et domestiques). La société a déjà vendu 90% du gaz qu’elle achète d’ici 2023 et 65% d’ici 2024. Le parc de clients reste stable à 1,8 million.

En matière de mobilité durable, le réseau de bornes de recharge pour véhicules électriques a augmenté de 5 500 au cours des douze derniers mois, pour atteindre 16 600.

La dette nette d’Endesa s’élevait à 10,6 milliards d’euros, soit une baisse de 3 % par rapport à la fin de l’année 2022. La dette brute a diminué de 22 %, principalement en raison de la forte réduction des garanties couvrant les opérations sur les marchés internationaux de matières premières à 3,1 milliards, soit 53 % de moins qu’à la fin de l’année dernière.

Le ratio de levier (dette nette sur EBITDA) s’établit à 1,8x, en baisse par rapport à 2x en juin 2022. Le coût de la dette s’élève à 3 %.

Auteur/autrice