Le conseil d’administration de Naturgy ratifie sa « confiance totale » en Reynés et l’entreprise augmentera son dividende.

Réaffirme le « sens stratégique » du projet Gemini et mettra à jour sa « feuille de route » jusqu’en 2025

MADRID, 12 (CALPA PARIS)

Le conseil d’administration de Naturgy a réglé, au moins momentanément, la question de l’éventuelle nomination d’un PDG, après la démission de l’offre de poste de l’exécutif Ignacio Gutiérrez-Orrantia, ratifiant « son engagement ferme envers le projet industriel » de l’entreprise et « sa confiance totale » dans l’équipe de direction, dirigée par le président exécutif, Francisco Reynés.

L’entreprise énergétique procédera également à la mise à jour de ses objectifs à l’horizon 2025, coïncidant avec la présentation de ses résultats pour le premier semestre de cette année, le lundi 24 juillet, au cours de laquelle elle révisera à la hausse le plancher du dividende annuel pour les années 2023-25, à 1,40 euros par action.

Dans une déclaration à la Comisión Nacional del Mercado de Valores (CNMV), la société a indiqué que, « compte tenu des différents rapports parus ces derniers jours, tous les représentants des actionnaires ont souhaité ratifier leur ferme engagement envers le projet industriel de la société et leur totale confiance dans l’équipe de direction ».

Le conseil d’administration de Naturgy s’est réuni ce mardi, bien que l’information envoyée au superviseur boursier ne mentionne à aucun moment que l’éventuelle incorporation d’un PDG a été abordée, dans le but d’analyser l’évolution du plan stratégique 2021-2025, qui est au milieu de son exécution, et de réévaluer la politique de dividendes telle qu’elle a été engagée en juillet 2021.

En outre, l’équipe de direction a mis à jour l’état d’avancement du projet Gemini, annoncé en février 2022 pour diviser la société en deux – l’un intégrant les activités réglementées et l’autre avec le reste – mais qui a été mis en veilleuse depuis lors, et l’organe directeur de la société a confirmé « son sens stratégique et a demandé à l’équipe de continuer à analyser les alternatives possibles pour la mise en œuvre et leurs calendriers associés ».

A lire aussi  Bruxelles prévoit de passer à des quotas de pêche bisannuels pour les stocks exclusifs de l'UE en 2024, comme l'a demandé l'Espagne.

De cette manière, la société relance une fois de plus un projet Gemini qui a été présenté pour certains de ses principaux partenaires – CVC et GIP, avec 20% chacun – comme une fenêtre d’opportunité pour sortir de la société, une fois qu’ils considèrent qu’ils ont terminé leur cycle d’investissement dans la société. Les deux autres principaux actionnaires de Naturgy sont Criteria (26,7 %) et le fonds australien IFM (14 %).

Ainsi, après avoir atteint la moitié de l’exécution de son plan stratégique à l’horizon 2025, Naturgy a dépassé tous les objectifs qu’elle s’était fixés, révisant et améliorant ainsi les attentes pour les années à venir.

RÉVISE LE PLANCHER DU DIVIDENDE À 1,40 EUROS.

L’organe de direction de la société révise donc le plancher du dividende annuel pour les années 2023-25 à 1,40 euros par action, sous réserve du maintien d’une notation de crédit ‘BBB’ par S&P.

En mars dernier, Reynés, à l’occasion de l’assemblée générale des actionnaires au cours de laquelle il a été réélu président exécutif, s’était déjà engagé à distribuer en 2023 un dividende « au moins égal à celui de 2022, soit 1,20 euro par action », l’entreprise va donc beaucoup plus loin dans son engagement en matière de rémunération des actionnaires.

L’énergéticien estime que ce nouveau plancher pour la période 2023-25 est « cohérent avec le payout moyen de 85% annoncé en juillet 2021 ».

Sur la base des prix actuels des actions, cela représente un rendement de 5,4 % et « compense les milliers d’actionnaires de la société pour les coûts croissants des taux d’intérêt et de l’inflation », a ajouté l’entreprise.

A lire aussi  Bruxelles inflige une amende à l'Espagne pour non-respect des règles de l'UE concernant les travailleurs du secteur de la construction

Dans ce sens, le conseil d’administration reconnaît « le haut degré d’engagement » de toute l’équipe de Naturgy, qui « a contribué de manière décisive à l’obtention de ces résultats malgré une situation difficile et volatile sur les marchés de l’énergie ».

L’OBJECTIF D’EBITDA POUR 2025 EST PORTÉ À 5 100 MILLIONS ET LES INVESTISSEMENTS SONT RÉDUITS.

La mise à jour de la « feuille de route » de Naturgy comprend une augmentation de l’excédent brut d’exploitation (Ebitda) du groupe à 5,1 milliards d’euros en 2025, contre 4,8 milliards d’euros précédemment prévus, ainsi qu’une réduction des investissements à 13,2 milliards d’euros, contre 14 milliards précédemment estimés pour la période 2021-2025.

Des sources de l’entreprise énergétique ont déclaré que suite à la bonne performance du plan stratégique 2018-2022, dans lequel l’entreprise a dépassé ses engagements, Naturgy « a révisé et amélioré les perspectives pour les années à venir énoncées dans sa feuille de route pour la période 2021-2025 ».

« Les résultats du groupe démontrent l’effort et le travail de toute l’équipe et les nouvelles prévisions confirment son haut niveau d’engagement. C’est le reflet de la solidité du projet industriel de Naturgy. Entre 2021 et 2025, nous investirons plus de 13 milliards d’euros pour développer notre plan industriel », ont-ils ajouté.

Par ailleurs, l’objectif d’endettement net de l’entreprise énergétique dirigée par Francisco Reynés s’élève à 16 000 millions d’euros en 2025, contre 16 900 millions d’euros précédemment.

GUTIÉRREZ-ORRANTIA EXCLUT DE QUITTER CITI.

Ce mardi, quelques heures avant la réunion du conseil d’administration de Naturgy, Ignacio Gutiérrez-Orrantia, banquier d’affaires chez Citigroup, a exclu de quitter l’institution financière pour aspirer à devenir PDG de Naturgy, comme cela a été évoqué dans plusieurs médias, a appris Europa Press de sources financières.

A lire aussi  L'Interprofesional del Aceite de Oliva prévient que les hausses de prix vont se poursuivre et demande de ne pas constituer de stocks d'huile d'olive.

Le banquier était l’un des noms envisagés comme possible PDG de Naturgy, étant donné la demande d’une partie du noyau stable d’actionnaires de l’entreprise de nommer un numéro « deux » et de déterminer quelles fonctions lui reviendraient et quelle serait la répartition des pouvoirs avec Francisco Reynés, l’unique dirigeant du groupe.

En tout état de cause, Criteria, le principal actionnaire de Naturgy, a déjà ratifié lundi « sa confiance » dans l’équipe de direction de l’entreprise dirigée par son président, Francisco Reynés, et a déclaré qu’il soutiendrait ses propositions « visant à pouvoir relever les importants défis auxquels l’entreprise sera confrontée au cours des prochaines années ».

Auteur/autrice