Le FMI salue la proposition de Bruxelles sur les règles budgétaires et appelle à un accord

LUXEMBOURG, 16 juin (CALPA PARIS) – La directrice du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva, a déclaré vendredi que la proposition législative de la Commission européenne pour la réforme des règles fiscales peut « adéquatement » promouvoir l’ajustement fiscal à moyen terme et considère qu’il est « vital » qu’un accord soit conclu rapidement afin que le nouveau cadre puisse guider les politiques fiscales à partir de 2025.

« Un accord rapide sur la réforme de la gouvernance économique et budgétaire de l’UE est une priorité compte tenu des défis budgétaires à moyen terme », indique le rapport du FMI publié vendredi en marge de la réunion des ministres des finances de l’UE à Luxembourg.

Georgieva a souligné que le FMI soutient l’orientation anticyclique décrite dans la proposition de la Commission et espère qu’à mesure que l’UE-27 « s’enfonce » dans l’arène des négociations, elle fera des « progrès rapides » vers un cadre solide.

Le document rappelle que la dette publique de la zone euro a augmenté « fortement » en 2020 et restera « bien au-dessus » des projections pré-pandémiques.

Il admet également que le fait de s’appuyer sur les dépenses primaires nettes – la référence qui remplacera le déficit structurel – comme objectif opérationnel, « simplifie » le cadre et permet le fonctionnement de stabilisateurs automatiques anticycliques, bien qu’il considère qu’il est essentiel d’appliquer le cadre avec « prudence ».

D’autre part, bien qu’il souligne que la possibilité d’étendre les périodes d’ajustement en échange de réformes qui favorisent la croissance et l’investissement est « positive », il avertit qu’il est nécessaire d’éviter de se fier à des estimations de croissance « trop optimistes ».

A lire aussi  Le secteur des taxis se félicite des restrictions imposées par le gouvernement aux VTC "après 12 ans de chaos réglementaire".

Dans ce contexte, il note qu’un Conseil budgétaire européen indépendant peut ajouter de la « crédibilité » à ce processus, tandis qu’une capacité budgétaire à l’échelle de l’UE pour la stabilisation macroéconomique et la fourniture de biens publics renforcera également le cadre.

Auteur/autrice