Le gouvernement lance un deuxième programme d’aide à l’hydrogène renouvelable d’une valeur de 150 millions d’euros.

MADRID, 30 mai (CALPA PARIS) –

Le ministère de la Transition écologique et du Défi démographique a lancé une deuxième édition du Programme d’incitation pour des projets pionniers et uniques d’hydrogène renouvelable (H2 Pioneers II), doté de 150 millions d’euros supplémentaires.

Ce nouvel appel, publié mardi au Journal officiel de l’État (BOE), est destiné à encourager la mise en œuvre de projets innovants avec une viabilité commerciale de production et de consommation locales d’hydrogène renouvelable, en particulier dans les secteurs où la décarbonisation est plus difficile, tels que l’industrie ou la mobilité lourde, a indiqué le ministère.

Le délai pour l’appel, qui fait partie du Projet stratégique pour la récupération et la transformation économique des énergies renouvelables, de l’hydrogène renouvelable et du stockage (Perte ERHA), du Plan de récupération, de transformation et de résilience (PRTR), sera ouvert entre le 1er juin et le 31 juillet.

Le premier appel du programme H2 Pioneers, également doté de 150 millions d’euros, a été résolu en avril dernier avec l’attribution d’incitations pour un total de 19 projets situés dans neuf communautés autonomes, dont neuf sont situés dans des zones de transition juste et/ou de défi démographique. Parmi les lauréats figurent des projets d’entreprises telles que Cepsa, EDP, Repsol, Enagás et Naturgy, entre autres.

L’Institut pour la diversification et l’économie d’énergie (IDAE), un organisme rattaché au ministère, gérera à nouveau ces aides. Elles seront accordées sur une base compétitive et soutiendront les initiatives qui combinent la production, la distribution et l’utilisation de l’hydrogène sur le même site territorial, à condition qu’elles soient orientées vers le déploiement d’applications commerciales et que leur principale valeur réside dans l’intégration des différentes phases de la chaîne de valeur.

A lire aussi  L'IPC reste à 3,5 % en octobre, mais l'IPC de base s'est modéré de six dixièmes de point de pourcentage pour atteindre 5,2 %.

La typologie des actions éligibles comprend les installations de production d’hydrogène vert (avec une puissance maximale de 50 MW d’électrolyse), la distribution, les utilisations industrielles et la mobilité lourde, ainsi que les applications stationnaires innovantes, telles que les ports, les aéroports, les plateformes logistiques et les systèmes de stockage avec ré-électrification).

Le montant maximum disponible pour chaque projet dans le cadre de ce nouvel appel sera de 15 millions d’euros, à condition que le projet dépasse un investissement minimum d’un million d’euros. Seront éligibles aussi bien les entreprises, les consortiums ou les groupes d’entreprises – s’ils incluent la participation d’au moins une PME – que les entités institutionnelles du secteur public, y compris celles de droit privé qui dépendent des administrations publiques, ainsi que les universités publiques et les centres technologiques qui leur sont affiliés.

Outre la participation des PME, les critères d’attribution incluront l’efficacité de l’aide publique, l’impact positif sur les îles, les zones de Just Transition et de Demographic Challenge, la réduction des émissions et l’économie circulaire, la création d’emplois et l’égalité entre les hommes et les femmes.

Cette aide fait partie de la « feuille de route » du gouvernement pour faire de l’hydrogène un projet national, un document stratégique pour promouvoir l’hydrogène renouvelable, qui vise à atteindre une capacité d’électrolyse de 300 MW à 600 MW d’ici 2024 et 4 gigawatts (GW) d’ici 2030, soit 10 % de l’objectif de l’UE.

Auteur/autrice