Le gouvernement n’a toujours pas reçu de nouvelles de STC un mois après l’entrée dans le capital de Telefónica

Le cours de l’action de l’opérateur a clôturé en baisse de 0,34 % mercredi, contre 3,751 euros le 5 septembre.

MADRID, 5 oct. (CALPA PARIS) –

Ce jeudi, cela fait un mois que STC a annoncé de manière surprenante son entrée dans l’actionnariat de Telefónica, une opération passée inaperçue sur le marché et avec laquelle elle a pris 9,9 % de la société, mais qui doit être approuvée par le gouvernement pour être menée à bien, lequel n’a pas encore reçu de notification officielle de la part du groupe saoudien sur ses intentions dans l’opérateur.

STC a travaillé avec Morgan Stanley pour s’assurer que l’opération passe inaperçue avant son annonce et comprend 4,9% d’actions et 5% d’instruments financiers.

En raison de la réglementation espagnole sur les investissements étrangers dans les entreprises stratégiques cotées en bourse, le groupe saoudien a besoin du feu vert de l’exécutif pour dépasser les 5 % dans Telefónica, qui est très présente dans le secteur de la défense nationale.

Pour ce faire, STC doit envoyer au gouvernement – par l’intermédiaire du ministère de la Défense – une notification expliquant si, par exemple, il souhaite avoir un siège au conseil d’administration du principal opérateur espagnol, entre autres questions.

Les sources consultées par Europa Press indiquent que STC est toujours en train de préparer ce document et qu’aucune date n’a encore été fixée pour son envoi au gouvernement, bien que plusieurs experts et analystes signalent qu’il est possible que l’entreprise saoudienne attende la formation d’un nouveau gouvernement.

À cet égard, il convient de rappeler que le roi a proposé Pedro Sánchez comme candidat à une nouvelle investiture après Alberto Núñez Feijóo, qui n’a pas obtenu le soutien nécessaire, et que le délai pour l’investiture du Premier ministre par intérim s’achève le 27 novembre.

A lire aussi  Le prix de l'électricité baisse de 24,5 % ce dimanche pour atteindre 83,01 euros/MWh

Pour cette raison, des sources accréditées au sein de l’exécutif ont indiqué à Europa Press qu’en l’absence de cette communication officielle du STC, il est encore prématuré d’avancer que des conditions seront imposées à l’opération, conformément à ce qui a été fait dans des cas précédents (comme l’entrée du fonds IFM dans Naturgy).

ACTIONNAIRE PRINCIPAL

Avec sa participation de 9,9 %, STC est devenu le premier actionnaire de Telefónica, devant le noyau stable dirigé jusqu’à présent par BlackRock (4,98 %), BBVA (4,87 %) et CaixaBank (3,5 %).

Le 27 septembre, le président de Telefónica, José María Álvarez-Pallete, a présenté au conseil d’administration de l’entreprise les détails de l’arrivée de STC, une réunion de l’organe décisionnel le plus élevé de l’entreprise au cours de laquelle certains administrateurs ont profité de l’occasion pour exprimer leurs préoccupations concernant la transaction.

Par exemple, si le groupe saoudien a l’intention de devenir un actionnaire stable ou s’il s’agit d’un investisseur opportuniste, et s’il a déjà manifesté son intention de revendiquer un siège au conseil d’administration de la compagnie.

Certains membres du conseil d’administration ont également fait remarquer que l’entrée de STC dans Telefónica s’est faite à un prix trop bas, à savoir environ 2,1 milliards d’euros.

CITATION

Les actions de Telefónica ont terminé mercredi à 3,738 euros, soit une baisse de 0,34 % par rapport aux 3,751 euros auxquels elles avaient clôturé le 5 septembre, jour où l’acquisition de la société par STC a été rendue publique.

Cependant, au cours de cette période, le cours de l’action de l’opérateur espagnol a augmenté jusqu’à 9 %, notamment le 20 septembre, lorsqu’il a clôturé la journée à 4,089 euros.

A lire aussi  CaixaBank et Santander, les banques ayant les pertes latentes les plus importantes sur les obligations, selon la BCE et l'ABE.

Le 22 septembre, le fonds américain BlackRock a augmenté sa position courte sur Telefónica à 0,6 %, contre 0,5 % précédemment, selon les registres de la Commission nationale du marché des valeurs (CNMV).

Le fonds américain parie ainsi sur une baisse du cours de l’action de l’opérateur espagnol qui, le 19 septembre, deux semaines après l’entrée de STC comme actionnaire, a clôturé au-dessus de quatre euros pour la première fois depuis le 10 mai.

Depuis, le cours de l’action baisse progressivement et ce mercredi est le troisième jour consécutif où il a clôturé dans le rouge.

Dans ce contexte, le nouveau plan stratégique 2023-2026 de Telefónica sera présenté le 8 novembre lors de la journée des investisseurs.

Auteur/autrice