Le gouvernement nomme Nadia Calviño à la présidence de la Banque européenne d’investissement (BEI)

MADRID, 11 (CALPA PARIS)

Le gouvernement a officiellement présenté la candidature de la première vice-présidente et ministre de l’Économie et de la Transformation numérique, Nadia Calviño, à la présidence de la Banque européenne d’investissement (BEI).

Comme l’a rapporté  » El País  » ce vendredi, et comme l’a fait savoir le ministère dans un communiqué, la responsable économique du gouvernement sera l’une des candidates en lice pour diriger cette institution européenne, qui devra avoir une nouvelle personne à la tête de sa présidence en janvier 2024.

Selon le communiqué, il s’agit d’une  » candidature forte en raison de l’expérience  » du vice-président, qui a passé 12 ans à la haute direction de la Commission européenne et cinq ans en tant que ministre de l’Économie et de la Transformation numérique,  » coordonnant avec succès la politique économique du gouvernement espagnol « .

De même, l’exécutif l’a présentée comme une figure ayant  » un grand prestige dans l’arène internationale « .

Le choix du gouvernement coïncide avec la présidence espagnole du Conseil de l’UE, dans le cadre de laquelle une grande réunion économique se tiendra sur le sol espagnol pour choisir la présidence de la BEI.

Les ministres de l’économie et des finances de l’Union européenne se réuniront les 15 et 16 septembre à Saint-Jacques-de-Compostelle pour élire le président de cette institution, qui sera formellement adopté par le conseil des gouverneurs de la Banque européenne d’investissement en octobre. Lors de ce sommet, ils rencontreront également leurs homologues des différents pays membres de la CELAC et, parallèlement, le débat sur les règles fiscales au sein de l’Union européenne sera rouvert.

A lire aussi  Imaz (Repsol) dénonce les affiches contre les hommes d'affaires placardées par "les mêmes totalitaires qui placardent des cibles".

Selon le communiqué, la candidature de Mme Calviño  » est clé  » et bénéficie du  » plein soutien du président du gouvernement  » et, si elle est élue,  » n’affecterait pas ses responsabilités de première vice-présidente du gouvernement espagnol, qu’elle exercerait jusqu’à la fin de l’année, lorsqu’elle devrait prendre ses fonctions en janvier 2024, ayant également achevé la présidence espagnole du Conseil de l’UE « .

AUTRES CANDIDATS ET PROFIL EUROPÉEN

Depuis sa création en 1958, la Banque a eu sept présidents, tous masculins et jamais espagnols. Nadia Calviño deviendrait ainsi la première femme présidente de la BEI,  » une étape importante pour l’institution et pour l’Espagne « , déclare l’exécutif.

A Bruxelles, l’une des principales rivales de Mme Calviño est la vice-présidente de la Commission européenne chargée de la concurrence, Margrethe Vestager, qui est en lice pour remplacer Werner Hoyer, l’actuel président de la BEI.

De même, on sait à ce jour (la date limite de dépôt des candidatures est fixée au 17 août) que le ministre espagnol aura trois autres concurrents. Il s’agit de l’ancien ministre italien des finances de Mario Draghi, Daniele Franco, de Teresa Czerwinska et de Thomas Östros. Ces deux derniers, respectivement polonais et suédois, occupent actuellement la vice-présidence de la BEI.

Nadia Calviño a occupé plusieurs postes au sein de la Commission européenne et du Fonds monétaire international (FMI), où elle préside toujours le Comité monétaire et financier international (CMFI). Elle a été nommée à ce dernier poste en décembre 2021.

De même, depuis qu’elle fait partie du gouvernement espagnol, elle est proposée en sa qualité de ministre des Finances pour présider l’Eurogroupe à l’été 2020. À cette occasion, elle n’a cependant pas obtenu les votes nécessaires pour occuper le poste, qui est revenu à l’Irlandais Paschal Donohoe.

A lire aussi  Enagás prévoit d'actualiser son plan stratégique au cours du premier semestre de l'année prochaine

Auteur/autrice