Le président de la Fed, M. Powell, avertit que l’inflation reste trop élevée et qu’il pourrait encore relever les taux d’intérêt

MADRID, 25 août (CALPA PARIS) –

Le président de la Réserve fédérale américaine (Fed), Jerome Powell, a averti que, malgré le fait que le taux d’inflation se soit modéré récemment, « il est encore trop élevé », et il a assuré que la banque centrale américaine était prête à augmenter les taux d’intérêt si cela s’avérait nécessaire.

« Bien que l’inflation ait baissé par rapport à son pic, ce qui est bienvenu, elle est encore trop élevée », a déclaré M. Powell dans son discours d’ouverture de la réunion annuelle de la Fed de Kansas City à Jackson Hole.

« Nous sommes prêts à augmenter encore les taux si nécessaire, et nous avons l’intention de maintenir la politique à un niveau restrictif jusqu’à ce que nous soyons convaincus que l’inflation se rapproche durablement de notre objectif », a-t-il ajouté.

Dans ce sens, le président de la Fed a souligné l’évolution en juin et juillet de l’inflation de base mensuelle, mais a insisté sur le fait que « deux mois de bonnes données » ne sont que le début de ce qu’il faudra pour établir la confiance dans le fait que l’inflation se rapproche durablement de l’objectif.

Ainsi, pour Powell, il n’est pas encore possible de savoir dans quelle mesure ces chiffres plus bas se maintiendront ou où l’inflation de base se stabilisera au cours des prochains trimestres.

Selon lui, l’incertitude actuelle complique la tâche de la banque centrale qui consiste à équilibrer les risques et souligne la nécessité d’une politique souple, car si l’on n’en fait pas assez, l’inflation s’enracinera trop, ce qui nécessitera une action de politique monétaire très coûteuse pour l’emploi, tandis que si l’on en fait trop, l’économie risque d’en pâtir inutilement.

A lire aussi  Applus+ stagne son bénéfice d'exploitation à 25,9 millions et augmente ses revenus de 10,2%.

« Nous procéderons avec prudence pour décider s’il convient de resserrer davantage la politique monétaire ou de la maintenir et d’attendre de nouvelles données », a souligné M. Powell, s’engageant à continuer à le faire « jusqu’à ce que le travail soit fait ».

« Le processus a encore un long chemin à parcourir, même avec les résultats récents les plus favorables », a-t-il ajouté.

Le Federal Open Market Committee (FOMC) de la Fed, l’organe qui définit la politique monétaire américaine, doit se réunir à nouveau les 19 et 20 septembre.

Lors de sa réunion de juillet, la banque centrale américaine a décidé à l’unanimité d’approuver une hausse des taux d’intérêt de 25 points de base pour atteindre une fourchette cible de 5,25 % à 5,50 %, son niveau le plus élevé depuis janvier 2001.

Auteur/autrice