Le président de la Fed, M. Powell, prévient que la résilience du système financier ne peut pas être considérée comme acquise

Le banquier central américain rappelle que la majorité du comité de la Fed penche en faveur d’au moins deux hausses de taux supplémentaires.

MADRID, 29 (CALPA PARIS)

Le système bancaire américain reste solide et résilient, après l’apaisement des tensions qui ont affecté le secteur au printemps dernier, selon le président de la Réserve fédérale américaine, Jerome Powell, pour qui la résilience du système financier n’est pas acquise.

« Nous ne pouvons pas considérer la résilience du système financier comme acquise », a averti le banquier central américain lors de son intervention à une conférence à Madrid, organisée par la Banque d’Espagne et le CEMFI, à laquelle a également participé son homologue espagnol, Pablo Hernández de Cos.

A cet égard, le président de la Fed a souligné que les actions des autorités financières américaines en réponse au stress bancaire apparu en mars ont permis de stabiliser le système financier sans restreindre l’utilisation des outils de politique monétaire de la banque centrale dans le cadre de l’effort de réduction de l’inflation.

« Le système bancaire reste solide et résilient, les flux de dépôts se sont stabilisés et les tensions se sont atténuées », a déclaré M. Powell, pour qui les paniques et faillites bancaires enregistrées en 2023 ont toutefois douloureusement rappelé qu’il n’est pas possible de prévoir toutes les tensions qui surviendront inévitablement au fil du temps.

« C’est pourquoi nous ne devons pas nous reposer sur nos lauriers en ce qui concerne la résilience du système financier », a souligné M. Powell, en insistant sur l’importance de la collaboration entre les régulateurs et les décideurs politiques pour maintenir la résilience du système, y compris au niveau international.

A lire aussi  BBVA perd plus de 3 % en bourse après les élections turques

PLUS DE HAUSSES DE TAUX.

D’autre part, le président de la Fed a rappelé que, suite à la décision de la banque centrale américaine de suspendre les hausses de taux d’intérêt lors de sa dernière réunion, « une grande majorité des participants au Comité s’attend à ce qu’il soit approprié de relever les taux d’intérêt deux fois ou plus d’ici la fin de l’année ».

À cet égard, il a noté que, bien que l’inflation se soit quelque peu modérée depuis le milieu de l’année dernière, les pressions inflationnistes restent élevées et le processus visant à ramener l’inflation à 2 % est loin d’être achevé.

Dans son analyse, le banquier central américain a fait valoir que la politique monétaire de la Fed n’est réellement restrictive que depuis « six à neuf mois », de sorte que l’effet réel du resserrement plus large sur l’économie dans son ensemble et, en fin de compte, sur l’inflation attend encore d’être vu.

« Je voudrais insister sur le fait que notre engagement ne porte pas sur un nombre particulier de hausses de taux. Il s’agit d’une politique suffisamment stricte pour ramener l’inflation à 2 % », a déclaré M. Powell, soulignant que l’ampleur des hausses de taux supplémentaires dépendrait, bien entendu, de l’évolution de l’économie.

Il a également prévenu que l’économie était également confrontée à des vents contraires dus au resserrement des conditions de crédit pour les ménages et les entreprises, qui sont susceptibles d’affecter l’activité économique, l’embauche et l’inflation.

« Le resserrement des conditions de crédit est le résultat naturel d’une politique monétaire plus stricte. Mais les tensions bancaires qui sont apparues en mars pourraient bien conduire à un nouveau resserrement des conditions de crédit », a noté M. Powell, pour qui l’ampleur de ces effets reste incertaine.

A lire aussi  Selon les estimations, le solaire thermique pourrait remplacer chaque MW de gaz et permettre la décarbonisation du secteur de l'électricité.

Auteur/autrice