Enagás réduit son bénéfice de septembre de 27 %, à 259 millions d’euros, mais fixe des objectifs pour l’année

MADRID, 24 (CALPA PARIS)

Enagas a réalisé un bénéfice net de 258,9 millions d’euros au cours des neuf premiers mois de l’année, ce qui représente une baisse de 26,7 % par rapport aux 353,4 millions d’euros enregistrés l’année précédente, en raison de la diminution des plus-values, a informé la Commission nationale du marché des valeurs (CNMV).

Cependant, l’opérateur espagnol du système gazier se dirige vers le haut de la fourchette de son objectif de bénéfice net pour l’année, fixé à 310-320 millions d’euros.

Les bénéfices de l’opérateur du système gazier pour la période janvier-septembre comprennent la plus-value nette de la clôture de la vente du gazoduc Morelos pour 42,2 millions d’euros, tandis que le bénéfice des neuf premiers mois de 2022 comprend l’ajustement de la valeur comptable de la participation dans sa filiale américaine Tallgrass Energy (TGE) – pour 133 millions d’euros – mais des plus-values nettes plus élevées suite à la vente de GNL Quintero – 178,9 millions d’euros – et l’entrée de partenaires dans Enagás Renovable – pour 49 millions d’euros -.

L’excédent brut d’exploitation (Ebitda) du groupe au mois de septembre s’est élevé à 572,0 millions d’euros et est également en bonne voie pour atteindre l’objectif annuel de 770 millions d’euros.

Parallèlement, les revenus de la société entre janvier et septembre se sont élevés à 672,7 millions d’euros, en baisse de 5,9 % par rapport aux neuf premiers mois de 2022, principalement en raison de la baisse des revenus régulés, qui se sont élevés à 655,6 millions d’euros, en baisse de 45,9 millions d’euros par rapport à la même date l’année dernière, en raison de l’application du cadre réglementaire 2021-2026 (-38,5 millions d’euros) et de la baisse des coûts audités, sans impact sur l’Ebitda.

A lire aussi  L'Espagne et les États-Unis sont en tête de la liste des nominations au "The World's 100 Best Clubs".

Entre-temps, le résultat des entreprises détenues par Enagás s’est élevé à 144,4 millions d’euros, plus positif qu’en 2022, compte tenu du fait que GNL Quintero a contribué à hauteur de 11,9 millions d’euros en septembre 2022 et que cet actif a été vendu à la fin de l’année dernière.

Les fonds provenant des opérations (FFO) à la fin du mois de septembre s’élevaient à 405,9 millions d’euros, y compris le paiement des impôts liés aux ventes de GNL Quintero et Morelos (-71,2 millions d’euros) et les dividendes reçus des sociétés émettrices s’élevant à 137,5 millions d’euros.

Ce montant, conforme à l’objectif annuel, inclut la perception du premier dividende de Trans Adriatic Pipeline (TAP) après son démarrage pour un montant de 42,4 millions d’euros.

RÉDUIT SA DETTE NETTE À 3.406 MILLIONS D’EUROS.

La dette nette à la fin du troisième trimestre de l’année du groupe dirigé par Arturo Gonzalo a été réduite, par rapport au 31 décembre 2008, à 3 406 millions d’euros.
décembre 2022, de 63 millions d’euros à 3 406 millions d’euros.

Le coût financier de la dette brute s’est établi à 2,6 %, en ligne avec celui du premier semestre 2023. Plus de 80 % de la dette d’Enagás est à taux fixe, ce qui permet à l’entreprise d’atténuer l’impact des mouvements actuels des taux d’intérêt. Le ratio FFO/dette nette au 30 septembre s’élevait à 17,1 %.

ENAGÁS A FAIT DES PROGRÈS DANS SON PLAN STRATÉGIQUE.

De même, au cours des neuf premiers mois de l’année, l’entreprise a progressé plus rapidement que prévu dans l’exécution de son plan stratégique – qu’elle prévoit d’actualiser au cours du premier semestre de l’année prochaine – dans ses trois principaux domaines : la sécurité de l’approvisionnement en Espagne et en Europe, la décarbonisation avec l’hydrogène comme vecteur clé, et le contrôle des coûts opérationnels et financiers.

A lire aussi  Enria (BCE) déclare que la période d'adaptation pour accommoder les banques dans l'ère post-Brexit est terminée.

Dans le premier de ces domaines, le 27 septembre, elle a conclu l’acquisition de 10 % de Hanseatic Energy Hub (HEH), un consortium qui démarrera une unité flottante de stockage et de regazéification à Stade (Allemagne) en janvier, et un terminal GNL terrestre qui sera prêt à fonctionner à l’ammoniac vert à l’avenir et devrait entrer en service en 2027 ; ainsi que son accord avec Reganosa, pour la création d’un centre énergétique dans le nord-ouest de la péninsule ibérique.

En outre, dans le cadre de sa stratégie en matière d’hydrogène, elle a lancé en septembre un appel à manifestation d’intérêt pour le réseau dorsal de l’hydrogène en Espagne, un processus ouvert visant à déterminer les besoins en infrastructures d’hydrogène, d’ammoniac, d’oxygène et de CO2 renouvelables. Elle annoncera les résultats lors de la deuxième journée de l’hydrogène, qu’elle prévoit d’organiser le 31 janvier.

Le corridor H2Med a également été présenté la semaine dernière à Berlin, lors d’un événement au cours duquel l’opérateur allemand OGE a rejoint les GRT du Portugal, de la France et de l’Espagne en tant que promoteur du projet.

Le corridor H2Med et le réseau dorsal hydrogène espagnol associé progressent positivement dans le processus d’acquisition de la qualification de projets d’intérêt européen commun (PCI) et ont déjà passé un premier seuil technique. La liste finale devrait être publiée au début de l’année 2024.

100% DE STOCKAGE DEPUIS AOÛT.

En ce qui concerne le système gazier, il fonctionne en 2023 avec un maximum de robustesse et de flexibilité, avec une disponibilité de 100 %, et a reçu du gaz naturel de 16 origines différentes pour contribuer à la sécurité de l’approvisionnement de l’Espagne et de l’Europe. Pour la première fois de son histoire, l’Espagne a réussi à remplir ses installations de stockage souterrain à 100 % depuis le mois d’août.

A lire aussi  Au Brésil, les livraisons d'Embraer ont augmenté de 35 % au premier semestre

Entre-temps, le niveau de stockage moyen des réservoirs de GNL au cours des neuf premiers mois de l’année a été de 61 % et, au 30 septembre, 46 % du GNL stocké en Europe se trouvait dans les réservoirs des usines espagnoles.

L’ESPAGNE AUGMENTE SES EXPORTATIONS DE GAZ DE 32%.

L’Espagne joue un rôle clé dans la sécurité d’approvisionnement de l’Europe et a augmenté ses exportations totales de gaz de 32 % au cours des neuf premiers mois de l’année.

La demande industrielle a augmenté de 25,4 % au troisième trimestre pour atteindre 40,5 térawattheures (TWh), grâce à la hausse de la consommation dans les secteurs du raffinage, de la chimie, de la pharmacie et de la cogénération.

Auteur/autrice